Aller au contenu

Parc national des Grands-Jardins

-6°C

Ouvert en hiver

Expérience parc

Un îlot de Grand Nord québécois

Depuis 1981, en vertu de la Loi sur les parcs, le parc national des Grands-Jardins assure la protection permanente d'un site à caractère exceptionnel du patrimoine naturel québécois tout en le rendant accessible à des fins d'éducation et de plein air.

La présence d'une harde de caribous forestiers et de pessières à lichen, dont la présence est exceptionnelle à notre latitude, constitue la raison d'être du parc national des Grands-Jardins. Découvrez cet îlot de Grand Nord québécois de 310km2 : la beauté de ses paysages façonnés par le feu, sa flore exceptionnelle, son climat rigoureux et la faune qui l'habite.

Lors de votre séjour au parc, vous ferez probablement la rencontre de son animal-emblème, le tétras du Canada. Peu farouche, il tentera de vous impressionner en paradant, en gloussant et en déployant ses courtes ailes et les plumes de sa queue! Le mâle est paré de gros sourcils d'un rouge éclatant, appelés caroncules. Il est fréquemment rencontré dans les sentiers pédestres et le bruit provoqué par son envol en surprend plus d'un!

Cliquez ici pour connaître la gamme des activités vous permettant de découvrir le parc!

 


Découvrir le parc par l'interprétation

Le parc national des Grands-Jardins possède le potentiel pour émerveiller! Et la meilleure façon est de participer à nos activités de découverte. Par l'interprétation des patrimoines naturel et culturel, vous connaîtrez mieux le parc et l'importance de bien le protéger.

Parmi les richesses que nous souhaitons partager, on retrouve des forêts de conifères verdoyants, des tapis denses de lichens et des marques laissées par les feux qui vous étonneront par leurs coloris bigarrés. Le caribou et les coureurs des bois ont façonné le folklore des Grands-Jardins et ils habitent toujours son âme.

Afin de nous guider dans le développement de nos activités de découverte, tous les parcs sont dotés d'un plan d'éducation. Pour en savoir plus sur les fondements de l'interprétation au parc national des Grands-Jardins, consultez le résumé du plan d'éducation du parc (disponible prochainement).

Saviez-vous que...

Savez-vous pourquoi certains secteurs ayant passé au feu il y a 20 ans sont toujours sans foret ?

Plusieurs feux de forêt ont fait rage dans le parc national des Grands-Jardins. Étrangement, certains secteurs comme les alentours des lacs Arthabaska et à Poux, semblent encore désolés et sans arbres, près de 20 ans après les flammes. Les éricacées en sont les grandes responsables.

Kalmia à feuilles étroites
Les éricacées, tel que le kalmia à feuilles étroites, sont très combatives après un feu de forêt. Elles peuvent prendre toute la place au détriment des épinettes noires.

Le thé du Labrador, le kalmia à feuilles étroites et les airelles survivent aux feux grâce à leurs rhizomes enfouis profondément dans la matière organique. Ces éricacées peuvent alors recoloniser rapidement le milieu. Les épinettes se mettent également de la partie afin de créer une nouvelle forêt, mais la compétition est féroce.

Les éricacées ralentissent la croissance des conifères en s'appropriant les nutriments du sol. Elles le font grâce à leur importante biomasse souterraine, mais également grâce à d’autres adaptations telles que l’allélopathie et les mycorhizes.


Haut de page

Ma Nature

Bienvenue dans Ma Nature, une toute nouvelle version du profil Sépaq. Si vous avez déjà un profil Sépaq, connectez-vous avec les mêmes accès pour accéder automatiquement à votre compte Ma Nature. Pour en savoir plus, cliquez sur Qu'est-ce que c'est?

J'ai oublié mon mot de passe

ou

Inscrivez-vous

Qu'est-ce que c'est?