Aménagement et gestion intégrée - Réserve faunique des Laurentides - Réserves fauniques - Sépaq

Réserve faunique des Laurentides

Ouverture reportée dans certains secteurs de pêche Détails

Aménagement et gestion intégrée

Présentation générale

La gestion des ressources naturelles sur le territoire de la réserve faunique des Laurentides est de la responsabilité de l’État et plus particulièrement du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP) et du ministère de l’Énergie et des ressources naturelles (MERN). En fonction de la particularité des réserves fauniques, l’État leur a octroyé une vocation dite « multiple modulée » au sein de ses Plans d’affectation du territoire public régionaux (PATP), vocation qui se définit ainsi : « Utilisation polyvalente des terres et des ressources, avec des modalités ou des règles adaptées à des conditions environnementales, paysagères, culturelles, sociales ou économiques particulières. » En d’autres mots, la gestion et l’utilisation des ressources naturelles, dont la forêt et la faune doivent être faites de manière intégrée par l’État, c’est-à-dire en tenant compte de l’ensemble des ressources sur le territoire ainsi que de la vocation légale de conservation et de mise en valeur de la faune des réserves fauniques.

Ainsi, la forêt de la réserve faunique des Laurentides est exploitée par les bénéficiaires de garanties d’approvisionnement désignés (BGAD) (c.-à-d. des compagnies forestières ayant une entente de récolte avec le MFFP) en fonction d’une planification forestière qui relève du MFFP, et ce, depuis le 1er avril 2013. C’est maintenant le ministère qui a la responsabilité d’élaborer des plans d’aménagement forestier intégré (PAFI) tactiques et opérationnels à l’échelle de chaque unité d’aménagement, en tenant compte, notamment, de la possibilité forestière calculée par le Forestier en chef, des travaux découlant des tables locales de gestion intégrée des ressources et du territoire (TLGIRTs), des orientations et objectifs poursuivis par le gouvernement aux plans d’affectation du territoire public régionaux (PATP) ainsi que des objectifs d’aménagement durable des forêts tels qu’inscrits à la Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier (LADTF) et à la Stratégie d’aménagement durable des forêts (SADF). Suite à cet exercice, des discussions ont cours entre la Sépaq, le MFFP et des représentants des compagnies forestières (BGAD) afin d’intégrer, tant dans la planification que dans les interventions forestières, des mesures ou des modalités visant à minimiser les conflits d’usage, les impacts sur la faune et le paysage ainsi sur l’ambiance entourant la pratique des activités fauniques et récréatives dans les réserves fauniques.

Dans le but d’outiller les gestionnaires des réserves fauniques en matière d’aménagement forestier intégré faune-forêt-récréotourisme et d’orienter le MFFP dans l’harmonisation de la planification forestière sur ces territoires uniques afin que les différents types d’interventions forestières soient plus prévisibles, mieux adaptés et plus contributifs à la vocation particulière de celles-ci la Sépaq a réalisé plusieurs projets en gestion intégrée des ressources.

Consultez la liste des projets réalisés

Aménagements spécifiques

Aménagements fauniques et autres

La réserve faunique des Laurentides jouit d'une grande notoriété. On y récolte année après année quelque 400 000 truites mouchetées indigènes. L'équipe de l'aménagement de la faune de la réserve, en collaboration avec le ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, assure le suivi de l'espèce par plan d'eau. Pour ce faire, elle procède à plusieurs travaux, dont le contrôle d'espèces indésirables ou la restauration de frayères.

Inventaire et diagnose

Étape essentielle avant de planifier un aménagement, la caractérisation des cours d'eau vise à déterminer la qualité et l'étendue des habitats de reproduction de l'omble de fontaine et à fixer les normes d'exploitation (de 13 à 15 diagnoses par an).

Aménagement et conditionnement de frayères

Actuellement, plus de 50 lacs sont sous aménagements et plus de 100 frayères ont été restaurées. On distribue quelque 150 000 oeufs dans une centaine de boîtes d'incubation dans les frayères aménagées. Ce qui permet la production de quelque 135 000 alevins vésiculés d'omble de fontaine, soit un taux moyen d'éclosion de 90 %.

Conditionnement de frayères au touladi

Le grand lac Jacques-Cartier bénéficie lui aussi d'efforts de conditionnement avec plus de 20 000 oeufs fécondés de touladi disposés dans 5 boîtes d'incubation en suspension sur 3 frayères aménagées en eau profonde.

Capture et relocalisation d'omble de fontaine

Les efforts de capture d'omble de fontaine permettent de capturer environ 15 000 individus. Tous ces ombles de fontaine capturés sont relocalisés afin de répondre aux objectifs de qualité de pêche et de support de plans d'eau en restauration.

Contrôle d'espèces indésirables

À la suite de la création d'un obstacle à la montaison d'espèces indésirables au lac Montagnais, nous effectuons tôt au printemps la capture d'un grand nombre d'individus durant la période de fraie du meunier noir. Ce qui nous permet d'améliorer significativement la pêche sportive de l'omble de fontaine.

Support à la formation de jeunes diplômés

La réserve faunique des Laurentides est l'hôte du Cégep de Saint-Félicien qui y tient, depuis plusieurs années, un stage de formation. Ces futurs techniciens (environ 20) participent aux travaux d'inventaire et diagnose, retrait massif d’espèces indésirables, capture et relocalisation (omble de fontaine) et d'aménagement de nouveaux sites de fraie.

Participation de la Fondation de la faune du Québec

La Sépaq souligne l’implication de la Fondation de la faune du Québec pour sa contribution financière à des projets majeurs qui ont été réalisés dans la réserve faunique des Laurentides. Sans cette participation, des projets comme la restauration de la frayère du lac Malbaie et plusieurs autres n'auraient pu être réalisés.

Gestion intégrée

Aucun ensemencement n’est fait sur le territoire de la réserve faunique des Laurentides. Le poisson est donc indigène partout. La réserve s’assure toutefois de conserver une qualité de pêche en procédant à la relocalisation de truites et en réalisant des aménagements fauniques (restauration de frayères).

La station de biologie de la réserve faunique des Laurentides est un territoire comprenant 5 lacs qui sont exclus du plan de pêche. Ils ne servent qu’à la capture de géniteurs pour la laitance et les œufs, en vue de restaurer des frayères.

 

Dossiers spécifiques

La réserve écologique Thomas-Fortin

Créée en 1990, la réserve écologique Thomas-Fortin couvre une superficie de 124 ha à 50 km au nord-ouest de Baie-Saint-Paul et à 2 km à l'ouest du parc des Grands-Jardins, dans la réserve faunique des Laurentides. Elle a été créée dans le but de conserver une couverture végétale du domaine de la sapinière à bouleau blanc qui n'aurait pas été perturbée par le feu, ni par les épidémies d'insectes. Son nom rend hommage à Thomas Fortin (1858-1941), qui fut l’instigateur de la création du parc des Laurentides en 1895.

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.