Nouveau parc, nouvelles découvertes! - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : mesures préventives, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Nouveau parc, nouvelles découvertes!

3 juillet 2013


Après l’inauguration officielle du nouveau parc national du Lac-Témiscouata lundi 17 juin 2013, l’ouverture au public était particulièrement attendue. Ce fut sous un soleil radieux que les premiers visiteurs purent découvrir ce dernier joyau des aires protégées du Québec et s’immerger dans une nature et une histoire exceptionnelles. Et pour certain, de participer concrètement à découvrir les richesses archéologiques du territoire…

Un nouveau parc

À peine arrivés, les visiteurs ont rapidement pris possession du territoire, se jetant à la découverte des tout nouveaux sentiers de randonnées, profitant des lacs et rivières en canots ou en kayaks et s’abandonnant avec plaisir à toutes les activités que l’on retrouve habituellement dans les parcs nationaux du Québec.

Mais le parc national du Lac-Témiscouata réservait aussi quelques belles surprises et des activités de découvertes uniques avec le désir de faire participer toujours plus les visiteurs et de leur faire découvrir l’envers du décor, habituellement réservé aux spécialistes.

Des fouilles par les premiers visiteurs…

En effet, le parc national du Lac-Témiscouata s’est lancé dans un vaste programme de recherches archéologiques dans lequel le public est invité à prendre une part active. Tous les jours, l’instant de quelques heures, les visiteurs du parc ont la chance de devenir de vrais chercheurs en compagnie des deux archéologues du parc. Sous leur supervision, ils participent à la fouille d’un des 43 sites archéologiques présents sur le territoire du parc. Ces archéologues d’un jour peuvent ainsi devenir des acteurs de premier plan dans le développement des connaissances sur l’histoire ancienne du Témiscouata. Truelle en main, ces voyageurs du temps remontent les millénaires pour mettre au jour les restes matériels d’un lointain et oublié lieu d’occupation humaine. Situé au lieu-dit de la Terre-à-Fer, ce site pourrait se révéler vieux de plusieurs millénaires. Or, les recherches ne font que débuter et tout reste encore à découvrir. Ainsi, comme des enquêteurs sur une scène de crime, les visiteurs s’affairent à mettre au jour et interpréter les multiples indices nous permettant de retracer les faits et gestes de ceux et celles qui ont vécu jadis à cet endroit.

… et déjà leurs premières découvertes!

Après quelques jours seulement, ces fouilles publiques ont déjà livré beaucoup de matériels très intéressants. Parmi ceux-ci, on compte plusieurs outils en pierre et de nombreux éclats résultant de leur confection. La pierre que l’on nomme « chert Touladi » et qui provient d’affleurements présents dans le parc était très prisée par les Amérindiens pour la confection d’outils, tels que des pointes de projectiles, couteaux et grattoirs. À travers ces découvertes, les visiteurs ont pu ainsi retracer les gestes des tailleurs de pierre et découvrir les mines d’informations que renferme chacun de ces objets. Ces derniers forment un vaste casse-tête où chaque pièce à son importance et sa valeur.

Les archéologues pensent également être à proximité d’un ancien foyer qui n’a toutefois pas encore été découvert. Cependant, la présence de charbon de bois dans le sol et la découverte de ce qui pourrait être un ancien « briquet » en quartz laissent présager qu’un feu a jadis été allumé à proximité. Centre des activités d’un site, le foyer servait autant à cuisiner, s’éclairer, se réchauffer qu’à confectionner divers objets. Pour les archéologues, un foyer est habituellement l’endroit le plus riche du site et là où l’on retrouve le précieux charbon de bois qui pourra être daté au carbone 14. Les recherches ne font que commencer, mais sont néanmoins très prometteuses pour mettre en lumière un nouveau pan de la prodigieuse aventure humaine qui s’est déroulée au Témiscouata. Les citoyens de la région et les visiteurs du parc sont donc cordialement invités à participer à cette activité unique qui leur permettra de plonger dans un passé lointain au moyen d’une science passionnante. Ainsi conservation et mise en valeur avancent de concert au parc national du Lac-Témiscouata pour le plus grand plaisir des visiteurs (et des archéologues).

Après une première fin de semaine aussi faste en découvertes, la journée porte ouverte lundi 24 juin fut un autre moment particulièrement fort. Près de 680 curieux, principalement de la région proche, purent redécouvrir le territoire et les nouvelles infrastructures du parc.

Le sourire des ainés, dont beaucoup connaissaient le territoire pour y avoir travaillé ou chassé dans le passé, qui s’étaient déplacés en nombre et les cris des enfants qui jouaient sur les kayaks et sur les rives sablonneuses devant le centre de découverte et de services étaient la plus belle récompense et la promesse que ce parc, à peine né, était bel et bien adopté par les visiteurs et la région.

Longue vie au parc national du Lac-Témiscouata!


Pierre-Émmanuel Chaillon est responsable du service de la conservation et de l’éducation au tout nouveau parc national du Lac-Témiscouata. chaillon.pierreemmanuel@sepaq.com

Photos : Mathieu Dupuis; Adrian Burke; Pierre-Émmanuel Chaillon


Articles liés

Devoir de mémoire

9 janvier 2018

Catégorie : Patrimoine culturel
Sujet : Histoire


Les souvenirs du passé

21 novembre 2017

Catégorie : Patrimoine culturel
Sujet : Histoire


Le parc national de la Gaspésie fête ses 80 ans

5 septembre 2017

Catégorie : Patrimoine culturel
Sujet : Histoire


Quand l’eau envahit une vallée

2 mai 2017

Catégorie : Patrimoine culturel
Sujet : Histoire


Afficher tous les articles

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire