Heureux d’un printemps - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : nouvelles mesures préventives dans certains paliers d'alerte, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Heureux d’un printemps

7 juin 2016


Le retour du printemps, un moment attendu avec impatience! Pour plusieurs, le chant des carouges à épaulettes ou le premier voilier de bernaches du Canada sont les signes que le printemps est à nos portes et le parc national de Plaisance est l’endroit idéal pour être aux premières loges de cette effervescence!

2016 : encore une belle cuvée!

Cette année encore, dès la mi-avril, les ornithologues ont envahi le territoire. Pour les néophytes, le parc a organisé des journées d’observation d’oiseaux avec le support de bénévoles. Si on combine toutes les observations printanières faites au parc jusqu’à maintenant (en date du 25 mai), plus de 150 espèces d’oiseaux ont été observées sur le territoire, dont :

•    23 espèces de canards et d’oies;
•    13 espèces de rapaces;
•    25 espèces de parulines et de bruants;
•    5 espèces d’hirondelles.

Et ça ne fait que commencer, car bien d’autres arrivages se feront encore et nous vous invitons à venir partager vos découvertes!

Qu’est-ce qui fait de Plaisance un « parc d’oiseaux » ?

Situé au cœur de la rivière des Outaouais, le parc est composé de milieux humides sur près de 50 % de sa superficie. Ces sites riches bordent de nombreux milieux ouverts et de belles forêts et, qui dit diversité d’habitats, dit diversité d’oiseaux! Au parc, plusieurs habitats peuvent être traversés lors d’une randonnée de moins d’une heure. Les chances d’y observer un grand nombre d’oiseaux en peu de temps y sont donc optimales!

Figure 1 Canard colvert et tortue peinte, Jean-François Houle

Une halte renommée

Le parc est situé dans la vallée outaouaise, un important corridor migratoire pour la bernache du Canada et les canards. Étant à quelques kilomètres de la frontière du Bouclier canadien où les lacs tardent à dégeler, le parc offre une halte obligée et un refuge idéal pour les oiseaux aquatiques. Ils s’y accumulent plus ou moins longtemps, au rythme du dégel plus au nord.  Nos inventaires effectués entre la mi-avril et la mi-mai montrent que jusqu’à 50 000 bernaches/ jours viennent passer la nuit sur les baies du parc et une trentaine d’espèces de canards et d’oies y ont été répertoriées au fil des années.

Une balade à pied ou à vélo?

Pour les amateurs d’ornithologie, le circuit pédestre La Migration est un incontournable. Et pour ceux qui aimeraient jumeler l’observation des oiseaux à la bicyclette, essayez le sentier des Outaouais. Aussi, avant votre prochaine escapade ornithologique, consultez notre liste des oiseaux du parc. À vos jumelles! On vous attend!


Jean-François Houle est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national de Plaisance. houle.jeanfrancois@sepaq.com

Maude Côté-Bédard est garde-parc technicienne au parc national de Plaisance.

Photos du carrousel: Jean-François Houle


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire