Une année record pour la nidification des oiseaux de proie - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : nouvelles mesures préventives dans certains paliers d'alerte, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Une année record pour la nidification des oiseaux de proie

13 septembre 2016


Cette année fut une année record au parc national du Mont-Saint-Bruno avec la découverte d’une vingtaine de couples nicheurs d’oiseaux de proie, et ce, pour le grand bonheur de nos gardes-parc!

Une vingtaine de nidifications confirmées!

Chaque printemps, depuis 1999, l’équipe du service de la conservation et de l’éducation du parc effectue un inventaire de nids d’oiseaux de proie. En général, une douzaine de couples nicheurs sont confirmés. Mais cette année, il y a un véritable baby-boom chez les oiseaux de proie! En effet, 20 nids avec des jeunes ont été confirmés. Les espèces observées sont la chouette rayée, l’épervier de Cooper, le faucon pèlerin et la buse à épaulettes. D’autres espèces fréquentent le parc et y nichent occasionnellement, telles que le busard Saint-Martin, le faucon émerillon, le grand-duc d’Amérique et la petite buse.

Tableau indiquant le nombre de nids confirmés par espèce ainsi que le nombre moyen de jeunes par nid. Pour la chouette rayée, 10 nids avec en moyenne 2 à 3 jeunes. Pour l’épervier de Cooper, 5 nids avec en moyenne 2  jeunes. Pour le faucon pèlerin, 1 nid avec 3  jeunes. Pour la buse à épaulette, 4 nids avec en moyenne de 2 jeunes.Figure 1. Nombre de nids d’oiseaux de proie et nombre moyen de jeunes par nid au parc national du Mont-Saint-Bruno lors de l’inventaire au printemps 2016, Nathalie Rivard

Figure 2. Jeunes éperviers de Cooper au nid, Denis Henri

Figure 3. Jeune chouette rayée, Pierre Wery

Des mesures de précaution!

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette densité insoupçonnée : densité des proies, facilité de capture des proies en raison du dégagement du sous-bois et habitats matures pouvant supporter des cavités et des structures de branches constituant des nids pour ces espèces. D’autres facteurs présentement à l’étude pourraient nous éclairer quant au nombre élevé de couples reproducteurs et le potentiel d’habitats.

La période de nidification des oiseaux est une période cruciale dans leur cycle de vie. Lorsque les nids se situent en bordure de sentier ou des aires de pique-nique, les gardes-parc ferment temporairement une portion de ceux-ci afin de s’assurer que les adultes puissent élever leurs jeunes en toute quiétude.

Figure 4. Jeune épervier de Cooper ayant quitté son nid, Pierre Wery

Des fins de semaine dédiées à l’observation des oiseaux de proie

Chaque année, au courant des 3 premières fins de semaine de septembre nous invitons les visiteurs à participer à nos fins de semaine thématiques sur les oiseaux de proie. Site d’observation, kiosques et animation pour toute la famille sont au rendez-vous!


Nathalie Rivard est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national du Mont-Saint-Bruno. rivard.nathalie@sepaq.com

Pierre Wery est garde-parc patrouilleur au parc national du Mont-Saint-Bruno.

Photos du carrousel: Pierre Wery et Denis Henri


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire