Pleins feux sur les limicoles - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : nouvelles mesures préventives dans certains paliers d'alerte, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Pleins feux sur les limicoles

30 août 2016


Durant la migration d’automne, le réservoir Choinière devient un lieu d’arrêt incontournable pour plusieurs espèces d’oiseaux migrateurs, dont les oiseaux de rivage, aussi appelés « limicoles », qui y trouvent refuge et nourriture.

Une halte pour grands voyageurs

L‘automne commence en août avec le passage des oiseaux limicoles au parc national de la Yamaska. Quantités et diversité varient en fonction des littoraux disponibles aux abords du réservoir Choinière. Si le niveau d’eau est propice, on peut voir une dizaine d’espèces en une seule journée. Outre quelques espèces nicheuses, comme le chevalier grivelé et le pluvier kildir, qui s’observent sur le territoire du parc durant plusieurs semaines, les visiteurs-migrateurs réguliers sont le bécasseau à poitrine cendrée, le bécasseau minuscule, le bécasseau semipalmé, le bécasseau variable, le grand chevalier, le petit chevalier, le pluvier argenté et le pluvier semipalmé. De façon occasionnelle, le bécasseau à échasses, le phalarope à bec étroit, le pluvier bronzé, le tournepierre à collier y font parfois escale. Le tableau 1 présente un bilan des espèces répertoriées au cours des 10 dernières années.

Tableau 1 Bilan des oiseaux limicoles répertoriés au cours des 10 dernières années (en nombre de semaines où les espèces ont été observées par année), Alain Mochon

Un plan d’eau attrayant

L’attrait du réservoir Choinière pour les oiseaux limicoles s’explique par le fait qu’il constitue un des rares plans d’eau aux rives boisées à l’échelle régionale et surtout qu’il offre des kilomètres de rivages rendus accessibles par la baisse saisonnière du niveau de ses eaux. Cette variation, qu’on appelle le marnage, peut atteindre jusqu’à 3 m et coïncide justement avec la grande migration automnale chez ces oiseaux. Le littoral qui se découvre devient le théâtre d’une grande animation pour plusieurs espèces s’activant fébrilement à débusquer dans la boue de petits crustacés, insectes et autres invertébrés.

Les ornithologues amateurs se souviendront de l’année 2012 comme d’une année faste au plan de la diversité des limicoles. La saison estivale avait été sèche et le niveau des eaux du réservoir Choinière avait baissé considérablement, exposant à l’air libre une très grande surface de ses bordures littorales. Ce contexte météorologique avait été favorable à la présence d’une grande richesse chez les oiseaux limicoles alors qu’on y avait recensé 18 espèces durant les mois de septembre et d’octobre, dont le bécasseau roussâtre qui constituait une toute nouvelle mention au parc national de la Yamaska. L'automne 2016 promet d’être riche en découvertes, car comme en 2012, le niveau du réservoir Choinière est bas, rendant les bordures littorales à nouveau largement disponibles à ces oiseaux de passage.

La faune ailée mise en valeur

À l’occasion de la Journée des parcs nationaux du 12 septembre 2015, le parc national de la Yamaska dévoilait un jeu de 3 panneaux de découverte portant sur le réservoir Choinière et la faune ailée qu’on y observe (Figure 1). Un de ces panneaux porte spécifiquement sur les oiseaux limicoles (Figure 2). Le module a été installé au site panoramique de la digue secondaire, un haut lieu d’observations ornithologiques en lien avec le réseau de sentiers du parc. Un endroit à découvrir!

Figure 1 Module de panneaux de découverte mettant en scène le réservoir Choinière et sa faune ailée, Alain Mochon

Figure 2 Visuel du panneau « Plein feux sur les limicoles » mettant en scène quelques-uns de ces oiseaux de rivage observés au parc national de la Yamaska, Hervé Lévesque

Remerciements

En toute reconnaissance, le parc national de la Yamaska désire remercier Suzanne Labbé pour les magnifiques photographies et souligner la contribution exceptionnelle de nombreux ornithologues amateurs qui passionnément contribuent à documenter la richesse de ce patrimoine naturel. Un merci tout spécial est donné à Monique Berlinguette, Monique Maheu, Alain Deschamps, Richard Gagné et Ginette Boyer.


Alain Mochon est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national de la Yamaska. mochon.alain@sepaq.com

Photos du carrousel: Suzanne Labbé


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire