Tortue sans fil! - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : nouvelles mesures préventives dans certains paliers d'alerte, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Tortue sans fil!

15 juillet 2014


Depuis 2010, au printemps et à l’automne, le parc a la visite d’une espèce de tortue peu commune. Dans un souci de mieux cerner l’habitat de cette espèce rare au parc et ainsi mieux la protéger, nous avons muni un individu d’un émetteur radio. Nous pourrons ainsi suivre ses déplacements durant toute l’année.

Une tortue rare

La tortue géographique est une espèce désignée vulnérable au Québec. Depuis les années 1990 elle a été vue à 3 ou 4 reprises sur le territoire du parc national de Plaisance, principalement dans la baie Noire Est (rivière des Outaouais). Nous étions donc très excités lorsque, à l’automne 2010, un visiteur nous a montré la photo d’une tortue géographique prise dans la rivière de la Petite Nation. Depuis, 1 ou 2 individus ont été observés dans ce cours d’eau tôt au printemps et à l’automne, et ce, chaque année. On les soupçonne d’y passer l’hiver, sous l’eau, pour hiberner. Par contre, les mentions sont quasi inexistantes en été. Nous n’avons donc aucune idée de l’étendue de leur territoire estival et de leurs lieux de ponte.

Afin d’en connaître davantage sur cette espèce et ainsi mieux assurer sa protection, nous avons décidé de capturer un individu et de le munir d’un émetteur radio. Ce petit appareil émet un signal qui nous permet, à l’aide d’une antenne et d’un récepteur, d’en faire le suivi.

Pas si simple!

Toutefois, capturer une tortue géographique n’est pas une mince tâche! Les individus sont très farouches; ils sont donc difficiles d’approche. Pour y arriver, nous avons construit un piège appelé « filet-trappe ». Ce filet flottant est installé sous un tronc d’arbre que les tortues utilisent pour se réchauffer au soleil. L’objectif était donc qu’une tortue s’y installe et, qu’en nous apercevant, elle saute à l’eau… directement dans notre piège!

Piège déposé en-dessous d'un tronc juché au-dessus de l'eau

Figure 1 Filet-trappe

Après quelques journées d’efforts, c’est le 20 mai 2014 qu’une tortue a finalement été vue, bien installée au-dessus de notre piège. Comme prévu, elle a sauté à l’eau directement dans celui-ci. Cette grosse femelle de plus de 1kg est désormais munie d’un émetteur radio. Nous pourrons connaître quel secteur du parc cette tortue rare utilise, et, qui sait, peut-être s’y reproduit-elle! C’est donc à suivre!


Maude Côté-Bédard est garde-parc technicienne au parc national de Plaisance.

Jean-François Houle est responsable du Service de la conservation et de l’éducation au parc national de Plaisance. houle.jeanfrancois@sepaq.com

Photos: Maude Côté-Bédard et Jean-Marc Vallières


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire