COVID-19 : retrouvez votre nature en toute sécurité  |   Carte annuelle Parcs nationaux du Québec - Édition Bonjour Québec


Le volume d'appels actuel occasionne des délais élevés d'attente au téléphone. Nous suggérons de consulter la foire aux questions et de réserver en ligne.

Le parc national des Grands‑Jardins, de bas en haut

En collaboration avec Émile David, passionné de pêche (et de plein air!).

De ses plus hauts sommets à ses plus bas dénivelés, le parc national des Grands-Jardins est un haut lieu de plein air au Québec. Ses multiples points de vue et ses sublimes sentiers attirent chaque année un grand nombre de visiteurs.

Pour ceux et celles qui cherchent un contact intimiste avec la nature et qui veulent se mettre les mains dedans, le parc offre des petits replis de sauvagerie unique qu’il est possible de découvrir à travers l’activité inusitée de la pêche à gué et celle de la via ferrata.

Parc national des Grands-Jardins Parc national des Grands-Jardins
Parc national des Grands-Jardins Émile David | © Sépaq

Un nouveau secteur de pêche à gué

Je suis un grand amateur de pêche en rivière. Je pense que c’est un peu par paresse : j’aime quand les choses bougent à ma place. Quand on lance un leurre dans les remous, on n’a même pas à le ramener; on peut le laisser filer doucement avec le courant. Le parc national des Grands-Jardins offre la pêche à gué sur deux rivières principales : la Malbaie et des Enfers. Cette année, un nouveau secteur de la rivière Malbaie est offert en pêche quotidienne. Il s’agit du secteur des eaux mortes du son, à l’extrémité nord du parc. J’étais fébrile à l’idée d’être l’un des premiers à arpenter ces eaux et je n’ai pas été déçu. Une marche d’environ un kilomètre mène à un premier site, d’où il est possible de faire une pêche abondante ou de prendre un bateau pour remonter la rivière.

Pour les courageux, le transport d’un moteur jusqu’à ce site permet de faire l’une des plus belles balades en bateau imaginable et d’accéder à des sites de pêche irréels. À cette hauteur, la rivière est encastrée par une succession de ces buttes chauves qui rendent le paysage des Grands-Jardins si unique. La rivière Malbaie est bordée de conifères et, par endroits, de rives de sable blond où les seules traces visibles sont celles des nombreux orignaux qui hantent les lieux. Les truites sont disponibles en taille et en quantité idéale pour une petite poêlée au beurre. Elles ont la couleur d’une braise chaude et l’appétit d’un carnassier.

Les sentiers et les montagnes que vous découvrirez en vous rendant sur les fosses des eaux mortes du son ou de la rivière des Enfers n’ont rien de ceux du mont du Lac-des-Cygnes ou du mont de l’Ours, mais vous aurez l’impression d’être seuls au monde. Avoir ces petits bouts de paradis juste pour soi l’instant d’une journée est un cadeau inestimable à se faire!

Parc national des Grands-Jardins
Parc national des Grands-Jardins Émile David | © Sépaq
Parc national des Grands-Jardins
Parc national des Grands-Jardins Émile David | © Sépaq
Parc national des Grands-Jardins
Parc national des Grands-Jardins Émile David | © Sépaq
Parc national des Grands-Jardins
Parc national des Grands-Jardins Émile David | © Sépaq

Via ferraquoi?

 

Texto

Ma mère, cette sainte, ne connaissait pas l’activité de la via ferrata, mais je suis sûr qu’elle aimerait ça. Si j’essaye de résumer dans mon jargon de gars vraiment pas expert, il s’agit d’un parcours aménagé de câbles et de prises de métal intégrés à même une paroi rocheuse. Dans le parc national des Grands-Jardins, il s’agit plus précisément des parois du célèbre mont du Lac-des-Cygnes. Cette activité, un peu moins méditative que celle de la pêche à gué, vous fera vivre une autre gamme d’émotion.

Ayant suffisamment taquiné la truite, mes comparses d’aventure et moi avons opté pour compléter notre séjour par un électrochoc. Je trouvais poétique, après deux jours les mains dans l’eau au point le plus bas du parc, de poser mes doigts sur la pierre afin d’atteindre l’un de ses points culminants. La façade du mont est l’une des premières choses qui attirent l’œil en entrant dans le parc. D’y mettre les pieds et les mains ainsi que de contempler les panoramas hallucinants des lieux est un privilège qui est accordé aux braves qui feront fi de leur peur des hauteurs. La sortie est d’une durée de 5 heures, l’effort physique est modéré (faites-moi confiance, je pêche en rivière, vous vous souvenez?) et l’activité est vraiment à la portée de tous et sécuritaire.

Parc national des Grands-Jardins
Parc national des Grands-Jardins Émile David | © Sépaq
Parc national des Grands-Jardins
Parc national des Grands-Jardins Émile David | © Sépaq
Parc national des Grands-Jardins
Parc national des Grands-Jardins Émile David | © Sépaq
Parc national des Grands-Jardins
Parc national des Grands-Jardins Émile David | © Sépaq

En somme, le parc national des Grands-Jardins est une destination de haut niveau que l’on peut apprécier de plusieurs façons et à travers une gamme d’émotion et d’intensité qui se côtoient rarement. Les activités de la pêche à gué et de la via ferrata sont clairement à privilégier pour ceux qui désirent un tête-à-tête avec la nature de ce territoire.

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire