Recherche scientifique - Parcs nationaux - Sépaq
Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie

Parcs
nationaux

Recherche scientifique

Bien connaître les parcs pour mieux les conserver

Les parcs nationaux du Québec sont des laboratoires naturels privilégiés pour la recherche scientifique puisqu'ils préservent des écosystèmes de haut niveau d'intégrité écologique. Ils peuvent être utilisés comme sites de référence pour étudier des phénomènes que l'on n'observe que rarement ailleurs ou encore afin de mieux comprendre les impacts des activités humaines sur des territoires non protégés.

Les connaissances scientifiques sont à la base de la conservation dans les parcs. Les activités d'inventaires, de suivis et de recherche visent à améliorer notre compréhension du territoire afin d'éclairer nos processus décisionnels. Les résultats de ces études contribuent aussi au développement de programmes éducatifs pertinents et enrichissants pour les visiteurs.

Dans l'ensemble du réseau, plus de 200 projets ont lieu chaque année. Consultez notre bulletin de conservation annuel pour voir des exemples concrets.

Pour nous aider à mieux orienter ces projets et pour favoriser la communication entre les intervenants, nous avons aussi mis en place des tables scientifiques régionales dans toutes les régions du Québec où l'on retrouve des parcs nationaux.


Vous êtes chercheur et souhaitez entreprendre un projet de recherche scientifique dans un parc?

Les besoins en recherche dans les parcs sont encore grands et l'expertise externe est toujours nécessaire pour la réalisation de ces projets. Nous souhaitons ainsi développer plus de partenariats de recherche avec la communauté scientifique. Réaliser un projet de recherche dans un parc est simple et peut présenter plusieurs avantages :

  • Les parcs possèdent des données historiques intéressantes, dont certaines remontent à plusieurs années.
  • Des études dans plusieurs domaines ont été réalisées, ce qui permet de dresser un bon portrait des territoires.
  • Le statut de conservation des parcs permet d’entreprendre des projets de suivis à long terme sans craindre de voir son site d’étude disparaître.
  • Les équipes de parcs connaissent leur territoire et partagent leur savoir avec plaisir.
  • Dans certains cas, des mesures sur le terrain peuvent être réalisées par les équipes de parcs, évitant ainsi aux chercheurs des déplacements importants.

Si vous souhaitez entreprendre un projet de recherche scientifique dans un parc national, vous trouverez dans les documents ci-dessous toutes les informations nécessaires.

Si vous souhaitez mettre en place un projet dans un parc spécifique, visitez la section Recherche scientifique de ce parc.

Saviez-vous que...

La présence de la grive de Bicknell a été confirmée au parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie

En juin 2012, une équipe de chercheurs, menée par M. Yves Aubry du Service canadien de la faune, a entrepris une expédition vers les hauts sommets du parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie afin d’inventorier la grive de Bicknell, une espèce d’oiseaux désignée vulnérable.


Photo © Kent McFarland, Vermont Center for Ecostudies.

Les arbres qui poussent autour des hauts sommets dénudés du parc sont particulièrement rabougris et serrés les uns contre les autres. Voilà exactement ce que recherche la grive de Bicknell, qui niche généralement dans des peuplements forestiers montagneux dominés par le sapin baumier, et ce, uniquement dans le nord-est de l’Amérique du Nord. On estime la population québécoise à seulement quelques milliers d’individus. En plus de confirmer officiellement la présence de l’espèce sur le territoire, le passage des chercheurs a permis à l’équipe de conservation du parc d’acquérir de précieuses connaissances qui permettront d’assurer un suivi serré de l’espèce au cours des prochaines années.


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.