COVID-19 : retrouvez votre nature en toute sécurité  |   Carte annuelle Parcs nationaux du Québec - Édition Bonjour Québec


Le volume d'appels actuel occasionne des délais élevés d'attente au téléphone. Nous suggérons de consulter la foire aux questions et de réserver en ligne.

Nouvelles mesures de protection des lacs

Contrôle des espèces aquatiques envahissantes

La Sépaq s’implique dans la lutte contre les espèces aquatiques envahissantes (EAE) et protège davantage les plans d’eau dont elle a la gestion. 

Deux espèces aquatiques envahissantes sont actuellement sous surveillance dans le réseau : une plante aquatique – le myriophylle à épis et un petit crustacé – le cladocère épineux.

Afin de diminuer les risques de propagation de ces espèces aquatiques envahissantes dans nos lacs, certaines mesures quant à l'utilisation d'embarcations personnelles ont été mises en place dans nos destinations de pêche.

Dominic Boudreault | © Sépaq

Nouvelles règles concernant l'utilisation d'embarcations personnelles

Consultez le tableau qui suit pour connaître les nouvelles règles qui s'appliquent dans nos destinations de pêche quant à l'utilisation d'embarcations personnelles lors d'un séjour de pêche avec hébergement ou d'une journée de pêche quotidienne.

ÉTABLISSEMENTRÈGLES APPLICABLES
Réserves fauniques
La Vérendrye L'utilisation d'embarcations personnelles remorquées est maintenue, mais vous devez laver votre embarcation à la maison, dans une station de lavage en chemin ou à la station de lavage de l'accueil Nord.
Laurentides L'utilisation d'embarcations personnelles remorquées est maintenue dans les lacs autorisant les embarcations personnelles, mais vous devez arrêter à l'accueil à votre arrivée pour faire inspecter votre embarcation.

Exception : Mare-du-Sault (seules les embarcations personnelles ne nécessitant pas d'être remorquées sont permises - canot, kayak, surf à pagaie, chaloupe sans remorque, moteurs personnels).
Ashuapmushuan
Port‑Cartier‑Sept‑Îles
Saint-Maurice
L'utilisation d'embarcations personnelles remorquées est maintenue dans les lacs autorisant les embarcations personnelles, mais vous devez arrêter à l'accueil à votre arrivée pour faire inspecter votre embarcation.
Chic‑Chocs
Mastigouche
Matane
Papineau-Labelle
Port-Daniel
Portneuf
Rimouski
Rouge-Matawin*

Seules les embarcations personnelles ne nécessitant pas d'être remorquées sont permises (canot, kayak, surf à pagaie, chaloupe sans remorque, moteurs personnels).

* Les embarcations personnelles remorquées seront tolérées uniquement en 2020 pour les détenteurs d'une réservation de camping qui a déjà été faite avec l’intention de prendre des accès en pêche quotidienne.

Parcs nationaux
Aiguebelle Lac Matissard : seules les embarcations personnelles ne nécessitant pas d'être remorquées sont permises (canot, kayak, surf à pagaie, chaloupe sans remorque, moteurs personnels).
Gaspésie Lacs à Claude et Cascapédia : seules les embarcations personnelles ne nécessitant pas d'être remorquées sont permises (canot, kayak, surf à pagaie, chaloupe sans remorque, moteurs personnels).
Lac‑Témiscouata Petit et Grand lac Touladi : seules les embarcations personnelles ne nécessitant pas d'être remorquées sont permises (canot, kayak, surf à pagaie, chaloupe sans remorque, moteurs personnels).
Opémican Tous les lacs à l'exception de la rivière Kipawa : seules les embarcations personnelles ne nécessitant pas d'être remorquées sont permises (canot, kayak, surf à pagaie, chaloupe sans remorque, moteurs personnels).
Yamaska Réservoir Choinière : seules les embarcations personnelles ne nécessitant pas d'être remorquées sont permises (canot, kayak, surf à pagaie, chaloupe sans remorque, moteurs personnels).

Précautions à prendre

Afin de ne pas transporter ces espèces sans le savoir, il est nécessaire de prendre quelques précautions avant de déplacer une embarcation nautique d’un plan d’eau à un autre :

  1. Inspecter et retirer tous les fragments de plante et résidus de boue - porter une attention particulière à la remorque et le dessous de l'embarcation.
  2. Vider l’eau de la cale, des viviers et du moteur (eau de refroidissement) avant de quitter le plan d’eau.
  3. Nettoyer l’embarcation à une station de lavage ou laisser sécher complètement l’embarcation et le matériel qui a été en contact avec l’eau.
  4. Recommencer avant de se rendre à tout nouveau plan d’eau.

Une inspection en règle peut, à elle seule, réduire de façon très importante les risques de propagation de ces espèces si elle est effectuée avant chaque mise à l’eau.

Merci de contribuer activement à la protection de l’environnement ainsi qu’au maintien de la qualité de pêche.

Station de lavage à la réserve faunique La Vérendrye

Jetez un coup d’œil à cette initiative en vidéo.

Réserve faunique La Vérendrye
Réserve faunique La Vérendrye Émile David | © Sépaq
Fokus Productions | © Sépaq

En savoir plus sur les espèces aquatiques envahissantes

L'établissement d'une espèce aquatique envahissante dans un lac peut entraîner des impacts écologiques, économiques et sociaux importants pouvant :

  • nuire à la pêche sportive et à la pratique d'activités nautiques;
  • diminuer la qualité de pêche et affecter le rendement des lacs;
  • dégrader les écosystèmes aquatiques et nuire aux espèces indigènes.

Comment ces espèces se propagent-elles?

Myriophylle à épis

Des fragments de tiges peuvent rester accrochés aux équipements au moment du chargement du bateau sur une remorque. Ces fragments de tiges peuvent alors survivre jusqu'à 35 heures hors de l'eau et, s'ils sont déposés dans un nouveau plan d'eau, s'enraciner et créer rapidement une nouvelle population. Des herbiers de plusieurs hectares peuvent se former en quelques années à peine.

Cladocère épineux

Contrairement au myriophylle à épis dont les fragments se remarquent facilement, le cladocère adulte mesure 1,5 cm de longueur. Le cladocère et ses œufs peuvent se trouver dans l’eau résiduelle des bateaux (dans la cale, le moteur et les viviers par exemple) et être ensuite rejetés dans un nouveau plan d’eau. À l’air libre, le cladocère et ses œufs ne peuvent survivre que 6 heures. Il est donc extrêmement important de bien vider toute l’eau présente dans son embarcation et de la laisser sécher.

Pour plus d'informations, consultez notre Foire aux questions.

Consultez aussi les projets réalisés dans les parcs nationaux du Québec en lien avec les espèces aquatiques envahissantes.

Myriophylle à épis Isabelle Simard | © Sépaq
Cladocère épineux Jeff Gunderson | © Sépaq

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire