Suivre la grive de Bicknell en migration - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

Blogue de conservation

Suivre la grive de Bicknell en migration

28 novembre 2017


Au parc national des Monts-Valin, on retrouve une population nicheuse de grive de Bicknell, une espèce menacée au Canada. Nous avons capturé des individus et leur avons posé un émetteur, permettant de découvrir les routes migratoires de l’espèce et de mieux protéger les habitats qu’elle fréquente en route vers son aire d’hivernage.

Un oiseau discret dans un habitat parfois hostile

Les grives sont des oiseaux forestiers au chant flûté, cousines du Merle d’Amérique. La grive de Bicknell est une espèce menacée au Canada et ce statut est notamment relié à la dégradation de son habitat. En effet, elle est très spécifique dans son choix d’habitat: elle niche généralement en haute altitude dans les forêts de sapins baumiers rabougris, récemment perturbées par des vents puissants ou une accumulation de glace, caractérisée par une forte exposition aux intempéries. Ceux qui ont arpenté les sommets des Monts-Valin reconnaîtront bien là un habitat parfait pour notre espèce de prédilection. Par contre, ce type de conditions rend le travail de terrain plutôt ardu et imprévisible.

mva-grive-motus-texte-1

Figure 1. Secteur du Pic-de-la-Hutte, Parc national des Monts-Valin, Yves Aubry

Rendez-vous au Pic-de-la Hutte. Altitude : 900 mètres.

Premier chant : 3h45 AM. Au lever du soleil, à l’aide de filets japonais, cachés dans les sapins, nous attirons les oiseaux en faisant jouer leurs cris dans un haut-parleur. Une fois l’oiseau capturé, une bague est posée pour l’identifier et un émetteur radio ultraléger lui est attaché sur le dos à l’aide d’un harnais. Les conditions météo exceptionnelles ce printemps nous ont permis de capturer 17 grives de Bicknell. Suite à ce succès inattendu, nous avons tenté de revenir au cours de l’été et au début de l’automne, mais la pluie et le vent étaient au rendez-vous, ce qui rendait la capture trop risquée pour les oiseaux.

Du mont Valin aux Grandes Antilles

Le suivi de la migration des grives est assuré par le réseau Motus, un système de radio-télémétrie répartie à travers l’Amérique. Un oiseau capturé est muni d’un émetteur codé unique. De ce fait, chaque fois qu’un oiseau passe dans un rayon d’environ 20 à 30 km autour d’une antenne réceptrice du réseau Motus, son émetteur est détecté. Nous pouvons alors suivre sa migration en reliant les détections des différentes antennes jusqu’à son aire d’hivernage dans les Grandes Antilles. La découverte des routes migratoires empruntées et des sites fréquentés au cours de leur voyage permettra de mieux préserver leur habitat restreint et ainsi de mieux protéger cette espèce menacée.

mva-grive-motus-texte-2

Figure 2. Une Grive de Bicknell équipée d’un émetteur ultraléger, Yves Aubry


Camille Bégin Marchand est étudiante à la maîtrise à l’Université Laval.

Photo de couverture: Jacques Desbiens


Parcs Québec Conservation

Recevez mensuellement nos plus récentes nouvelles sur les initiatives et les enjeux de conservation dans les parcs nationaux du Québec.

Inscrivez-vous

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.