Reconnu mondialement, le mont Albert - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : mesures préventives, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Reconnu mondialement, le mont Albert

2 décembre 2014


Selon des spécialistes de l’étude des structures internes de la terre, la préservation exceptionnelle du bâti géologique du mont Albert ainsi que sa qualité d’affleurement en font, au même titre que le complexe d’Oman dans la péninsule arabique, un trésor géologique reconnu mondialement.

De l’Estrie à Terre-Neuve

Composante des Appalaches, le mont Albert s’insère dans un grand complexe de roche (serpentinite) discontinu spatialement, long d’environ 1500 km depuis la Baie Verte à Terre-Neuve jusque dans le canton de Brompton en Estrie au Québec. La séquence de strates géologiques composant le mont Albert est parmi la plus complète et la mieux préservée des Appalaches. Pour cette raison, le complexe de mont Albert est aussi exceptionnel que celui d’Oman. Il représente donc un cas idéal pour mener une étude haute résolution des processus de mise en place des couches de roches qui origines du fond des océans et qui ont été portées en hauteur lors de la formation des Chic-Chocs.

Un témoin à interroger

Dans le cadre du projet de recherche SEMOPHAL14 (étude structurale et pétrologique de la SEMelle métamorphique de l’OPHiolite du mont ALbert) mené par une équipe de chercheurs de l’Université Pierre et Marie Curie et de l’Université Laval, des travaux de terrain se sont déroulés du 16 au 25 août 2014 au parc national de la Gaspésie. Les chercheurs ont visité les monts Albert et du Sud où affleurent des roches ultrabasiques provenant du manteau supérieur de la terre.

Figure 1 Paysage du parc national de la Gaspésie

Pour mieux connaître les mécanismes internes de notre planète

C’est par une approche non destructrice n’affectant pas les organismes et les processus écologiques et cadrant parfaitement avec la mission de protection permanente des parcs nationaux que les chercheurs ont collecté leurs données. Les mesures de déformation des roches ont été faites à l’aide de boussoles et de clinomètres sur les affleurements naturels d’amphibolite. Par ces travaux, les experts tenteront de préciser la géodynamique du mont Albert qui s’est opérée il y a 456 millions d’années.

Figure 2 Affleurement d’amphibolite


Claude Isabel est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national de la Gaspésie. isabel.claude@sepaq.com

Photos:Claude Isabel, Denis Desjardins et Hugues Deglaire.


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire