Innover pour connaître, connaître pour conserver - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

Blogue de conservation

Innover pour connaître, connaître pour conserver

17 octobre 2017


Les caractéristiques de l’habitat de la population menacée de caribou de la Gaspésie limitent parfois les observations nécessaires à son suivi. Le parc national de la Gaspésie a amorcé en 2015 un inventaire à l’aide de pièges photographiques automatisés afin de pallier cette lacune. Les résultats sont convaincants. Le dispositif éprouvé sera opérationnel à l’automne 2017.

Une méthode adaptée

Il est reconnu que le caribou de la Gaspésie utilise intensivement les milieux ouverts au sommet des montagnes durant sa période de reproduction. Ce comportement permet de dénombrer les individus par inventaire aérien. Au parc national de la Gaspésie, cette méthode fonctionne bien dans le secteur du Mont-Albert et des Monts-McGerrigle, mais est inefficace au Mont-Logan. La forêt dense et les faibles étendues de toundra de ce secteur limitent significativement les observations de caribous à partir de l’hélicoptère. Afin de documenter autrement la dynamique de la sous-population du Mont-Logan, une aire d’étude y a été délimitée dans laquelle des pièges photographiques ont été installés. Cette méthode de suivi alternative à l’inventaire aérien permettra de mieux outiller les gestionnaires dans le rétablissement de cette population menacée de disparition.

gas-piege-photo-texte-1Figure 1. Localisation des pièges photographiques dans le secteur du Mont-Logan au parc national de la Gaspésie, Jean-Pierre Gagnon

Les essais réalisés en 2016

Du 30 août au 4 octobre 2016, 20 appareils photographiques automatisés ont été installés aléatoirement dans l’aire d’étude. Pour chaque appareil, les coordonnées GPS, l’altitude, l’azimut de visée et la zone de détection ont été notés. Ces informations, jumelées à la vitesse de déplacement des caribous et à la superficie de leur domaine vital, ont permis d’effectuer des analyses afin d’estimer l’abondance de la population de caribou de ce secteur. Les résultats présentaient une estimation d’abondance réaliste (entre 17 et 22 caribous), mais avec une précision faible.

gas-piege-photo-texte-2

Figure 2. Installation d’un piège photographique automatisé, Marc L’Italien

2017 et la suite

Conformément aux recommandations émises par l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), 60 appareils photographiques seront installés aléatoirement dans l’aire d’étude du secteur du Mont-Logan à l’automne 2017. En augmentant ainsi l’effort d’échantillonnage, la fiabilité des résultats devrait elle aussi augmenter. Par ailleurs, cette méthode innovatrice ouvre la porte à l’acquisition de connaissances sur de nombreuses autres espèces, captées du même coup par les appareils photographiques automatisés.

gas-piege-photo-texte-3

Figure 3. Martre d’Amérique captée par un appareil photographique automatisé, Parc national de la Gaspésie

gas-piege-photo-texte-4

Figure 4. Ours noir capté par un appareil photographique automatisé, Parc national de la Gaspésie

gas-piege-photo-texte-5

Figure 5. Orignal capté par un appareil photographique automatisé, Parc national de la Gaspésie

Références

PETTIGREW, P. & M.-H. ST-LAURENT, 2017. Inventaire automnal 2016 du caribou de la Gaspésie dans le secteur du mont Logan à l’aide de pièges photographiques automatisés. Université du Québec à Rimouski. 32 p.


Claude Isabel est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national de la Gaspésie. isabel.claude@sepaq.com

Photo de couverture: Parc national de la Gaspésie


Parcs Québec Conservation

Recevez mensuellement nos plus récentes nouvelles sur les initiatives et les enjeux de conservation dans les parcs nationaux du Québec.

Inscrivez-vous

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.