Les bœufs musqués du Nunavik suivis à la trace - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

Blogue de conservation

Les bœufs musqués du Nunavik suivis à la trace

19 décembre 2017


La population de bœufs musqués du Nunavik fait l’objet d’un important projet d’acquisition de connaissances. Une équipe de Caribou Ungava et du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a survolé la côte de la baie d’Hudson et le parc national Tursujuq à la recherche de ces imposants mammifères afin de poser quelques 20 colliers émetteurs.

Une population introduite au Nunavik

La présence du bœuf musqué au Nunavik remonte à quelques années seulement; l’espèce y a été introduite en 1967. Capturés sur l’île Ellesmere au Nunavut, c’est une quinzaine de jeunes qui ont été transportés à Vieux-Chimo, près de Kuujjuaq, sur une ferme expérimentale spécifiquement conçue pour l’élevage du bœuf musqué dans un but de développement économique. L’objectif principal de ce projet était la domestication du bovidé afin de récolter et de vendre le quiviut, la laine du bœuf musqué.

Pour tenter l’implantation de cette nouvelle espèce au Nunavik, une cinquantaine de bœufs ont été libérés dans les années 1970, et ce jusqu’en 1983, au moment où la ferme a cessé ses activités. Depuis, la quantité d’animaux augmente et plusieurs groupes sont maintenant répartis dans la toundra au Nunavik.

tur-boeuf-texte-1

Figure 1.Boeuf musqué sur le rivage, Véronique Nadeau

De Kuujjuaq jusqu’à la baie d’Hudson

Puisque le bœuf musqué est établi à l’état sauvage depuis peu au Québec, il est important d’en apprendre davantage sur la biologie de cet imposant mammifère ainsi que sur son écologie, c’est-à-dire ses interactions avec son milieu. En effet, selon les observations de certains ainés et chasseurs inuits, la présence de bœufs musqués sur le territoire influencerait la répartition des caribous.

En septembre 2016, lors d’un survol extensif de la côte de la baie d’Hudson (de la côte jusqu’à 20 km dans les terres), toutes les observations de bœufs musqués ont été notées. Quelques 606 bêtes ont été recensées, entre la Pointe Louis XIV et Inukjuak, et classifiées (groupes d’âge et sexe). Ce décompte minimal de la population présente dans l’ouest du Nunavik avait permis d’estimer que plus de 120 bœufs musqués étaient dans le territoire du parc national Tursujuq à ce moment.

Des colliers qui en diront beaucoup

En avril 2017, des colliers émetteurs ont été installés sur 20 bœufs musqués dans les environs du parc national Tursujuq. Ces colliers, munis d’un GPS, permettent de suivre leurs déplacements. Pour poser un collier sur un bœuf, il faut le tranquilliser en suivant des protocoles très stricts. Les biologistes en profitent aussi pour prendre des mesures sur l’animal (longueur, masse, longueur des cornes, etc.) et des échantillons (poils, fèces, sang, etc.). Toutes ces informations permettront d’en apprendre plus sur l’écologie des bœufs musqués, par exemple sur la sélection de leurs habitats. Cela permettra également d’évaluer l’effet potentiel de cette population sur l’utilisation du secteur par le caribou migrateur. D’autres colliers devraient bientôt être posés sur des bœufs ailleurs au Nunavik.

tur-boeuf-texte-2

Figure 2. Prises de mesures et d’échantillons sur un bœuf musqué femelle, Véronique Nadeau


Véronique Nadeau est responsable du service de la conservation et de l’éducation pour les parcs du Nunavik. vnadeau@krg.ca

Photo de couverture: Véronique Nadeau


Parcs Québec Conservation

Recevez mensuellement nos plus récentes nouvelles sur les initiatives et les enjeux de conservation dans les parcs nationaux du Québec.

Inscrivez-vous

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.