Étude démographique des populations de ratons laveurs - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : mesures préventives selon les paliers d'alerte, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Étude démographique des populations de ratons laveurs

12 février 2013


Suite à la réalisation d’un inventaire démographique de la population de ratons laveurs (Procyon lotor) au parc national d’Oka, la moyenne obtenue pour tous les secteurs est comparable aux densités obtenues dans les zones périurbaines. Par contre, les différences entre les secteurs d’échantillonnage sont très significatives.

Un sujet d’intérêt pour les campeurs

Les campeurs du parc national d’Oka sont souvent confrontés à ces chapardeurs masqués, discrets, très agiles et faisant preuve d’une ingéniosité surprenante pour arriver à leur "faim". Depuis de nombreuses années, le parc national d’Oka s’emploie à réduire les rencontres conflictuelles entre ces animaux et les visiteurs du parc; l’effarouchement par les gardes-parc, la sensibilisation des visiteurs, l’ajout de casiers pour la nourriture des campeurs sans voiture, la modification de certains équipements afin d’en limiter l’accès, la relocalisation des sites de matières résiduelles ainsi que la cueillette journalière de celles-ci sont tous des éléments visant à réduire la fréquentation des ratons laveurs sur les sites de camping.

Un élément incontournable dans sa gestion

Le service de la conservation et de l’éducation du parc national d’Oka poursuit ses efforts, dans la réalisation d’une étude démographique de la population de ratons laveurs afin de connaître les densités de population du parc. Cet élément semble primordial dans la gestion des rencontres fortuites entre ces animaux et les visiteurs. Ainsi, on peut maintenant comparer la situation spécifique au parc avec les densités obtenues sur d’autres territoires lors d’études récentes.

Établir les bases du projet

Le projet réalisé par Sabrina Dellarosa pour l’obtention du DUT Génie Biologique option agronomie de l’Université d’Avignon et des pays de Vaucluses est supervisé par Véronique Vermette, responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national d’Oka et a lieu pendant l’été 2012. D’abord, dans l’élaboration d’un protocole d’échantillonnage, la méthode capture marquage recapture est retenue, ensuite quatre zones d’échantillonnage de 0,5 km² sont déterminées, deux dans le secteur boisé du camping et deux dans les secteurs boisés fréquentés principalement par des randonneurs. L’échantillonnage s’échelonne sur deux périodes de six jours soit du 12 au 17 juin et du 4 au 9 juillet. Avant les travaux de terrains, cinq personnes sont formées à la réalisation de l’échantillonnage et certains collaborateurs apportent leur soutien pendant cet échantillonnage.

Beaucoup de ratons… vraiment?

L’analyse statistique de ces résultats révèle que la densité moyenne de ratons laveurs au parc national d’Oka est comparable à celle des milieux périurbains, soit 25-79 ratons/km². Il n’en demeure pas moins qu’une population de Procyon lotor qui atteint les 25 ratons/km² est considérée élevée. Le secteur boisé du Calvaire d’Oka qui obtient une densité inférieure à 20 ratons/km² est quant à lui similaire aux densités estimées en milieux ruraux. Le secteur du camping qui décèle une population de 84 ratons/km² correspond davantage aux densités des grands parcs urbains allant de 60 à 100 ratons/km².

Surpopulation ou adaptation

En effet, les ratons laveurs se sont particulièrement bien adaptés aux conditions créées par le camping. L’apport de nourriture artificielle dans leur habitat est sans contredit un élément dont ils ont su tirer avantage. La sensibilisation des visiteurs et la gestion des matières résiduelles ont certainement restreint le phénomène de familiarisation. La connaissance des densités de population de ratons laveurs est assurément une information importante dans le suivi de la situation. De prime abord, l’occupation du secteur du camping du parc national d’Oka par les ratons laveurs est très importante, cependant la densité de leur population est comparable à d’autres habitats offrant les mêmes conditions. La situation démographique de Procyon lotor n’est donc pas différente au parc que sur le sud-ouest du territoire Québécois.

Et maintenant?

Au-delà de l’étude de la démographie des ratons laveurs, il existe un volet comportemental qui mérite d’être approfondi puisque des individus semblent développer des stratégies complexes afin d’accéder à l’abondance de nourriture importée dans leur habitat par la fréquentation des activités récréatives offertes par le parc national d’Oka.

Remerciement

Cordial remerciement à tous ceux qui ont facilité le travail sur le terrain : Pierre Canac-Marquis, Yvan Charlebois, Carolyne Paquet, Denis Fournier et bien sûr Sabrina Dellarosa.


Mathieu Lemay, garde-parc technicien en milieu naturel au parc national d’Oka, lemay.mathieu@sepaq.com.

Photos : Gabriel Trahan.


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire