De la visite rare au parc national de Miguasha - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

Blogue de conservation

De la visite rare au parc national de Miguasha

21 février 2017


Chaque année, quelques nouveaux fossiles découverts au parc national de Miguasha se distinguent du lot par leur unicité. Mais il est rare que ces trouvailles d’exception soient le fruit d'une découverte faite par un visiteur, comme ce fût le cas en 2016.

Comme une aiguille dans une botte de foin

Si bon an mal an, c’est quelque 450 nouveaux spécimens qui sont intégrés aux collections du parc national de Miguasha, l’année 2016 s’est révélée exceptionnelle en termes d’abondance, avec l’ajout d’un total de 624 fossiles. La quasi-totalité des découvertes s’effectue normalement par l'équipe de conservation, dans le cadre des fouilles systématiques et des patrouilles de collecte préventive, bien qu’il arrive également qu’une poignée de fossiles soit ramenée de la falaise par les gardes-parc naturalistes, suite à des découvertes survenues lors d’activités animées à la falaise.

À l’automne 2016, alors que la préposée à la collection amorçait le catalogage de fossiles, une grande surprise l’attendait : un spécimen presque entièrement camouflé dans la gangue sédimentaire, mais révélant tout de même 2 imposants aiguillons. Par la taille de ces derniers, l’identité de leur propriétaire s’imposait : nous avions entre les mains un superbe spécimen fossile d’acanthodien, ou poisson à épines, appartenant au genre Diplacanthus. On connaît actuellement 4 espèces d’acanthodiens à Miguasha et, parmi celles-ci, les 2 espèces du genre Diplacanthus (D. horridus et D. ellsi) sont non seulement celles qui sont dotées des aiguillons les plus spectaculaires, mais aussi, et de loin, les formes les plus rares.

Ainsi, on ne compte que 34 spécimens appartenant au genre Diplacanthus en collection, sur un total de plus de 12 000 fossiles de vertébrés récoltés à ce jour! À titre comparatif, les 2 autres espèces d’acanthodiens connues au parc sont représentées respectivement par quelque 1000 et 1600 spécimens chacun. En fait, pour l’ensemble de la saison de collecte 2016, seuls 2 spécimens de Diplacanthus ont été découverts sur le site! On comprend donc à quel point ce fossile, une fois récupéré par la préposée à la collection, a semé la joie dans l’équipe du parc.

Un jeune visiteur allumé

Le plus exceptionnel dans cette histoire est que ce spécimen a été découvert par un visiteur, de passage au parc le 7 août dernier.  Ce jeune homme, prénommé Nicolas, a non seulement eu l’œil suffisamment aiguisé pour repérer ce splendide spécimen faisant à peine 8 cm de longueur à travers tous les galets de plage, mais a également eu le réflexe de signaler rapidement sa découverte à une naturaliste présente à la falaise ce jour-là. Le tout, sans jamais tenter d’ouvrir la roche pour en voir plus et, ainsi, risquer d’abîmer le spécimen. Ce faisant, ce jeune visiteur a montré sa grande sensibilité envers la préservation du patrimoine paléontologique et a apporté une contribution précieuse à la mission de conservation du parc national de Miguasha. À compter de maintenant, son nom sera toujours associé au spécimen dans la base de données informatisée de la collection.

mig-Diplacanthus-texte-1Figure 1. Nicolas, le jeune homme ayant trouvé le spécimen fossile d’acanthodien, Clodine Loubert

Tout un spécimen!

Une fois préparé au début du mois de novembre, le spécimen s’est exhibé dans toute sa splendeur. Bien que le crâne de l’animal soit très mal préservé, le corps et la queue sont finement conservés. Sans surprise, on retrouve à la base de chacune des nageoires, sauf la caudale, les aiguillons surdimensionnés typiques du genre Diplacanthus mais, plus spécifiquement, l’examen du spécimen a permis de conclure qu’il appartient à l’espèce D. horridus.

En fait, dans le processus d’identification de ce nouveau spécimen, les comparaisons faites avec d’autres spécimens du même genre déjà en collection nous ont permis de constater certaines irrégularités concernant l’identification de ces derniers. L’ensemble du matériel associé à ce genre dans la collection du parc sera donc passé en revue pour clarifier cette situation. En trouvant son fossile le 7 août 2016, le jeune Nicolas a, sans le savoir, non seulement fait une découverte d’une grande rareté, mais il nous a aussi obligé à  réviser nos critères d'identification de certaines espèces fossiles.  C'est aussi cela, la conservation au parc national de Miguasha! Chaque spécimen récupéré à la falaise peut se révéler d’une grande importance par la suite.

Merci Nicolas pour ta collaboration à la conservation du patrimoine fossilifère du parc national de Miguasha!

mig-Diplacanthus-texte-2Figure 2. Le spécimen de Diplacanthus découvert à l’été 2016, avec son arsenal d’aiguillons très visibles. Notez la taille impressionnante des 2 aiguillons situés sur le dos de l’animal (moitié supérieure de la photo), Johanne Kerr.


Olivier Matton est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national de Miguasha. matton.oliver@sepaq.com

Illustration du carrousel: François Miville-Deschênes


Parcs Québec Conservation

Recevez mensuellement nos plus récentes nouvelles sur les initiatives et les enjeux de conservation dans les parcs nationaux du Québec.

Inscrivez-vous

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.