Le caribou de la Gaspésie… toujours vivant ! - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

Blogue de conservation

Le caribou de la Gaspésie… toujours vivant !

23 juillet 2013


Depuis la mi-mai, un groupe de chercheurs de l’Université du Québec à Rimouski suit l’évolution des naissances de faon caribou dans le parc national de la Gaspésie. Les principaux secteurs de fréquentation intensive du caribou de la Gaspésie font l’objet d’observation prolongée. En utilisant notamment les 22 caribous marqués l’hiver dernier (consultez le billet du 9 avril 2013 pour plus d'information), les chercheurs ont établi à la fin juin, qu’au moins 19 faons accompagnés de leur mère fréquentent le massif des monts McGerrigle.

Déjà des réponses … positives

La diminution marquée de la population de caribou de la Gaspésie depuis quelques années soulève de nombreuses questions : les mâles et/ou les femelles caribous ont-ils des problèmes de fécondité ? Le taux de natalité est-il suffisant pour maintenir la population ? Est-ce que les faons sont viables ? Etc. L’important projet de recherche lancé l’hiver dernier apporte déjà des réponses très encourageantes à certaines de ces questions. En effet, les observations de juin 2012 et 2013, nous laissent croire que les caribous de la Gaspésie sont en mesure de compléter efficacement tout leur cycle de reproduction.

L’été dernier, 16 faons avaient été observés dans le secteur du mont Jacques-Cartier par un garde-parc naturaliste. Puis l’automne dernier, lors de l’inventaire aérien, 14 faons avaient été vus dans les trois secteurs d’inventaire (mont Logan, Albert et Jacques-Cartier) du parc national de la Gaspésie. Avec au moins 19 faons cet été, uniquement sur le massif des monts McGerrigle dans l’est du parc, on ne peut que constater que le caribou de la Gaspésie est toujours vivant et que son rétablissement est certainement possible.

Tous les espoirs sont permis

Contrairement à l’an dernier où les périodes d’observation menées par les employés du parc national de la Gaspésie avaient permis d’observer des ours noirs et des coyotes dans l’étage alpin où les femelles caribou et leur faon se concentrent, les observations directes actuelles ne rapportent aucune mention de prédateur. De plus, les employés qui travaillent au rétablissement du caribou de la Gaspésie ont également rapporté très peu de signes de présence de ces prédateurs dans l’aire de fréquentation du caribou. Il est donc permis d’espérer pour 2013 que le pourcentage de faon dans la population automnale atteigne ou dépasse celui de l’an dernier établi à 18.7 %.

Le seuil permettant à la population de caribou de la Gaspésie de se maintenir a été fixé à 17 % de faon dans la population totale à l’automne. Avec le résultat obtenu l’an dernier et si les actions de rétablissement favorisent un bon taux de survie des faons vus cet été, il est certainement possible de croire au rétablissement de l’un des plus nobles symboles des grands espaces encore sauvages au sud du fleuve Saint-Laurent.

Pour plus d'information sur le projet de recherche, consultez le billet du 9 avril 2013 en cliquant ici.


Claude Isabel est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national de la Gaspésie. isabel.claude@sepaq.com

Photos: Philippe Henry; Denis Desjardins 


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire