Restaurer pour protéger l’habitat de l’omble de fontaine - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : nouvelles mesures préventives dans certains paliers d'alerte, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Restaurer pour protéger l’habitat de l’omble de fontaine

8 septembre 2015


Dans le parc national des Grands-Jardins, où la pêche est pratiquée depuis plus de 100 ans, des initiatives sont prises pour protéger l’habitat des poissons. Cette année, nous avons restauré 2 ruisseaux utilisés pour la fraie de l’omble de fontaine.

Lieu historique de pêche

Dans les années 1800, des droits exclusifs de chasse et de pêche étaient attribués à des clubs privés, dont le célèbre club La Roche (Murray River Fishing Club), fondé en 1890. Le camp était situé au bord de la rivière Malbaie, à l'emplacement actuel du camp Caribou. Ces clubs privés ont cessé d’exister en 1968. Encore aujourd’hui, la pêche est une activité populaire, offrant une expérience de qualité sur plus de 60 lacs abritant de la truite indigène.

2015, une année de restauration

Cette année, 2 ruisseaux utilisés pour la fraie par l’omble de fontaine ont été restaurés. Le premier, un tributaire du lac des Bois Verts, a été débarrassé de vieux débris anthropiques (pont, ancien réservoir, tuyaux) afin d’assurer la libre circulation du poisson. Aux endroits nettoyés, quelques frayères et seuils ont été aménagés.

Figure 1 Travaux d’aménagement de l’habitat de l’omble de fontaine

Le deuxième tributaire restauré se jette dans le lac Carré. Dans ce cas, c’est un apport de sédiments provenant d’un ponceau obstrué qui était la cause de la dégradation des frayères. L’amont et l’aval du ponceau ont été nettoyés. Le lit du cours d’eau a été réaménagé avec des frayères et des seuils aux endroits où les sédiments s’étaient accumulés.

Figure 2 Seuils et frayères aménagés en roche et en gravier

Partenaires importants

Ces 2 projets ont été réalisés grâce au soutien financier de 2 partenaires, soit la Fondation de la faune du Québec dans le cadre du programme Amélioration de la Qualité des Habitats Aquatiques et Pêches et Océans Canada, via le Programme de partenariats relatifs à la conservation des pêches récréatives.

Protection de la ressource

La protection du poisson passe par une meilleure connaissance de son habitat. Voici quelques projets mis en place pour mieux connaître son milieu :

•    Programme de suivi de l’intégrité écologique (PSIE) : suivi de l’habitat de l’omble de fontaine
•    Acquisition de connaissance sur les lacs (caractérisation, bathymétrie, suivi des frayères)
•    Restauration des milieux aquatiques perturbés par l’humain
•    Compilation et suivi des statistiques de pêche

Nous devrons maintenant assurer le suivi des travaux et l’utilisation des sites aménagés par l’omble de fontaine. En espérant que leur nouveau milieu leur plaise!


Adine Séguin est garde-parc technicienne au parc national des Grands-Jardins.

Mireille Boulianne est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national des Grands-Jardins. boulianne.mireille@sepaq.com

Photos et vidéo: Adine Séguin, parc national des Grands-Jardins, Sépaq.


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire