Une grande année pour une petite chouette - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : nouvelles mesures préventives dans certains paliers d'alerte, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Une grande année pour une petite chouette

20 septembre 2016


À Tadoussac, il faut bien l'avouer, les baleines volent souvent la vedette. Pourtant, il y a là-bas d’autres visiteurs tout aussi passionnants que l'on peut observer la nuit venue, lors de leur migration. Des rapaces qui, loin de la folie des grandeurs de leurs voisines à fanons, ont choisi d'évoluer vers le petit, le tout petit… Bienvenue dans l’univers des nyctales!

Des visiteuses aussi belles que discrètes

On retrouve 2 espèces de nyctales sur les terrasses marines de Tadoussac : la Nyctale de Tengmalm  (Aegolius funereus) et la Petite Nyctale (Aegolius acadicus). Ces petites chouettes nocturnes mesurent un peu plus de 20 cm de haut. Elles vivent dans la forêt boréale, occupant de vieux trous de pics qu'elles réutilisent en y établissant leur nid. Délicates et envoutantes avec leurs grands yeux jaunes posés au milieu de leur grande face ronde et blanche, les nyctales sont extrêmement discrètes… mais leur rencontre reste chaque fois un moment unique.

Depuis maintenant 20 ans, l'Observatoire d’oiseaux de Tadoussac (OOT) étudie chaque année les mouvements migratoires de ces petits rapaces nocturnes.

Figure 1. Petite Nyctale (à gauche) et Nyctale de Tengmalm (à droite), Observatoire d’oiseaux de Tadoussac

Au 4 ans... mais pas pour des JO

Chaque automne, la Petite Nyctale migre vers le sud pour passer l'hiver dans des régions au climat plus doux. Au contraire, la Nyctale de Tengmalm passe habituellement l'hiver dans les étendues nordiques à l'abri des regards, à moins que... à moins que, comme cette année, les individus de cette espèce ne se décident à migrer massivement vers le sud. Mais que se cache-t-il derrière cette migration? Grâce au suivi qu'ils réalisent chaque année, les chercheurs ont découvert l'existence d'une relation entre l’abondance des Nyctales de Tengmalm capturées et celle des rongeurs dont elles se nourrissent, soit principalement le campagnol à dos roux de Gapper. Les populations de ce campagnol fluctuent suivant un cycle de 4 ans. Ainsi, tous les 4 ans, alors que les populations de ce petit rongeur sont au plus bas, la Nyctale de Tengmalm entreprend une migration vers le sud pour chercher sa nourriture. Prévisible, mais magnifique!

Le graphique illustre le nombre de captures de nyctales de Tengmalm et de petites nyctales depuis le début du suivi en 1996. Le cycle d’abondance aux quatre ans est visible chez la nyctale de Tengmalm qui atteint des pics en 2004, 2008 et 2012. Un record de captures fut établi en 2007 pour la petite nyctale avec 442 captures.Figure 2. Nombre total de nyctales capturées par année à l'OOT, Pascal Côté

Un spectacle accessible à tous

La dernière migration massive de Nyctales de Tengmalm a été observée par l’OOT en 2012. Ainsi donc, cet automne, 4 ans plus tard, l'OOT s'attend à baguer par dizaines les Nyctales de Tengmalm qu'ils auront capturées à l'aide de filets japonais déployés sur les terrasses marines de Tadoussac.  

Mais saviez-vous que vous pouviez vous aussi devenir les témoins privilégiés de cet événement? En effet, du 9 septembre au 8 octobre, les vendredis et samedis de 19h30 à 21h30, l'OOT et le parc national du Fjord-du-Saguenay vous offrent la possibilité de vous joindre au maître bagueur afin de faire la tournée des filets avec eux et ainsi découvrir un des plus beaux rapaces du Québec. Imaginez un instant... la nuit étoilée, les terrasses marines, les hululements et ces petites chouettes comme jamais vous ne les verrez. Réservez vite vos places, car celles-ci seront bien moins nombreuses que le nombre de nyctales attendues!

Figure 3. Mesure du culmen d’une nyctale, Mathieu Tétreault

Figure 4. Relevé du patron de coloration des plumes de l'aile d’une nyctale pour estimer l'âge de l'oiseau, Patrick Bérubé


Yana Desautels est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national du Fjord-du-Saguenay. desautels.yana@sepaq.com

Corentin Chaillon est garde-parc technicien au parc national du Fjord-du-Saguenay.

Pascal Côté est directeur de l’Observatoire d’oiseaux de Tadoussac.

Photos du carrousel: Patrick Bérubé et Geneviève Perreault.


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire