Plus de 12 500 plants pour la restauration de berges - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : mesures préventives, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Plus de 12 500 plants pour la restauration de berges

6 septembre 2016


Vous avez peut-être remarqué que certaines zones du littoral du parc national du Bic ont été particulièrement affectées par l’érosion. Cette année, un projet de restauration des berges nous permet de poursuivre nos actions visant leur protection.

Un phénomène naturel

L’érosion littorale est un phénomène vieux comme le monde… Il est normal de le constater ici comme ailleurs. Cependant, le phénomène d’érosion s’accélère. Nous vivons une ère de changements. On nous rappelle régulièrement les hausses de température et du niveau des mers, la fonte de la banquise, etc. Selon les prévisions, le niveau de la mer augmentera de 30 cm d’ici un siècle. Les conséquences de l’érosion sont multiples puisque le recul des rives et des îles peut se traduire par la disparition de sections de plages et de bandes riveraines qui sont également des habitats fauniques et floristiques.

Figure 1. Érosion dans le secteur Cap-à-l’Orignal, Marlène Dionne

Saviez-vous que… Des taux de recul moyen variant généralement entre 0,5 et 2 m/an sont enregistrés sur les côtes de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent (Bernatchez et Dubois, 2004).Une tempête qui laisse des traces

Encore aujourd’hui, nous pouvons constater les ravages occasionnés par l’inoubliable tempête de décembre 2010 où les conditions de vents, de pression atmosphérique et de hautes marées s’étaient donné rendez-vous pour littéralement arracher des portions de rivage du parc.

Figure 2. Ravages occasionnés par l’inoubliable tempête de décembre 2010, Marlène Dionne

Protection et restauration

Au fil des ans, plusieurs actions ont été mises en place pour assurer une meilleure protection de la bande riveraine du parc: accès limité, retrait de sentiers illicites, identification des aires de circulation, sensibilisation, etc. Aussi, en 2009, aux abords de l’anse à Rioux, face au Centre de découverte et de services-Ferme-Rioux, une bande de régénération avec plantation de végétaux fut aménagée, identifiée et interdite à la circulation.

Figure 3. Bande de protection riveraine face au Centre de découverte et de services-Ferme-Rioux, Marlène Dionne

En 2011, des travaux visant le déplacement de portions du sentier pédestre Le Chemin-du-Nord et de la piste cyclable La Grève ont permis de restaurer et d’assurer une meilleure protection de la bande riveraine de ce secteur.

Figure 4. Ancienne section du sentier Le Chemin-du-Nord en régénération, Marlène Dionne

Cette année, un important projet de restauration visant plusieurs secteurs de plage fut réalisé au parc. En fait, les travaux consistaient principalement à effectuer la plantation d’espèces floristiques indigènes typiques du littoral de plage afin de stabiliser la bande riveraine. Ainsi, en 2 semaines, nos équipes ont planté sur les plages Rioux, Wilson, Damase et du Cap-à-l’Orignal, pas moins de 12 565 petits plants d’élymes des sables ainsi que quelques plants de gesse maritime et de mertensie maritime.

Figure 5. Mertensie maritime, Marlène Dionne

Figure 6. Gesse maritime, Marlène Dionne

Figure 7. Élyme des sables, Marlène Dionne

L’élyme des sables, très présente sur les zones littorales de plage du parc, est une alliée de taille pour la réalisation de notre objectif de restauration puisqu’avec ses longues tiges souterraines (rhizomes) qui s’entremêlent, elle stabilise les zones littorales fragiles.

Quoi faire pour nous aider?

Le piétinement, apparemment anodin, fragilise le milieu et accentue la dégradation littorale. En respectant les aires de circulation identifiées, vous devenez nos alliés pour conserver un littoral fort et en santé.

Références

Bernatchez, P. et Dubois, J.M., (2004) Bilan des connaissances de la dynamique de l’érosion des côtes du Québec maritime laurentien. Géographie physique et Quaternaire, vol. 58, no 1, p.45-71 (FQRNT).

Bernatchez, P., Fraser, C. et Lefaivre, D. (2008) Effets des structures rigides de protection sur la dynamique des risques naturels côtiers : érosion et submersion. 4e Conférence canadienne sur les géorisques. Université Laval, Québec, QC, Canada, 20-24 mai 2008, p. 487-494.

Joncas, Mylène, Journal du visiteur du parc national du Bic – 2011-2012, L’érosion des berges un phénomène complexe, page 9.


Marlène Dionne est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national du Bic. dionne.marlene@sepaq.com

Photos du carrousel: Marlène Dionne 


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire