Une station de lavage de bateaux près du parc national d’Opémican - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19: Preventive measures, visitor's guide, and limited activities and services


You have questions? Please read our customers’ most frequently asked questions.

Blogue de conservation

Une station de lavage de bateaux près du parc national d’Opémican

21 July 2015


Le Témiscamingue est exempt d’espèces aquatiques envahissantes selon les connaissances actuelles. Le cladocère épineux, la puce d’eau en hameçon et le myriophylle à épis sont toutefois à nos portes. Pour prévenir cette invasion et sensibiliser la population, l’Organisme de bassin versant du Témiscamingue (OBVT), le parc national d’Opémican ainsi que plusieurs partenaires se mobilisent pour mettre en place une stratégie de lutte préventive contre les espèces aquatiques envahissantes en Abitibi-Témiscamingue. Le développement d’un réseau de stations de lavage de bateaux aux portes d’entrée de la région figure au cœur de cette stratégie.

Description du projet

Les espèces aquatiques envahissantes (EAE) ont des impacts majeurs à toutes les échelles (locale, nationale et internationale) et dans tous les domaines (environnemental, social et économique).

Sous la forme d’un projet-pilote, une station de lavage portative sera installée dès l’été 2015 sur l’île du Long Saut, à Témiscaming. Unique accès par le sud, un nombre important de vacanciers et de pêcheurs y transitent, en route vers les nombreux lacs de la région, dont certains sont interconnectés avec le parc national d’Opémican. Cette action aura des répercussions positives pour toutes les municipalités de la région et pour le secteur du parc. La lutte préventive contre les EAE pourrait permettre des économies considérables, comparativement aux coûts des actions nécessaires une fois qu’elles sont implantées dans un milieu.

Figure 1 Localisation de la station de lavage sur l’île du Long Saut

En fonction du succès de ce projet-pilote, d’autres installations pourraient être disposées aux endroits les plus stratégiques et des infrastructures permanentes pourraient voir le jour. Nous croyons également que cette première expérience pourrait stimuler l’installation d’autres stations privées ou publiques.

Ces interventions physiques pour limiter la propagation d’EAE sont accompagnées d’une importante campagne de sensibilisation, qui se décline entre autres par des affiches disposées à de nombreuses descentes de bateaux et une campagne médiatique.

Qui fera le travail ?

Le groupe d’implantation de stations de lavage de bateaux représente un travail de concertation entre les municipalités de Témiscaming et de Kipawa, le parc national d’Opémican, la communauté Algonquine de Wolf Lake First Nation, l’association des riverains du lac Tee (Témiscaming) et l’OBVT. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs offre également une assistance technique dans cette démarche.

L’OBVT s’engage à être responsable de la station de lavage et d’assurer son utilisation année après année. Un calendrier sera établi avec les utilisateurs intéressés et les événements où elle est requise. L’OBVT offrira aussi un guide d’utilisation facile et une formation pour assurer un lavage efficace (inspection visuelle, nettoyage complet, sensibilisation des usagers pour qu’ils détectent eux-mêmes les organismes indésirables).

Pourquoi l’implication du parc national d’Opémican ?

L’ensemble du bassin versant du parc national d’Opémican est connecté aux grands lacs Kipawa et Témiscaming. Ces 2 plans d’eau reçoivent plusieurs centaines d’embarcations en provenance de régions qui sont déjà touchées par les EAE. Cette action de prévention en périphérie du parc pourrait avoir un effet direct sur la qualité des habitats aquatiques qu’on y retrouve. À cette heure, l’implication du parc se fait principalement sous la forme d’une contribution financière, mais dans un avenir rapproché, la surveillance des plans d’eau et d’autres actions sur le terrain pourront venir bonifier la stratégie régionale. En participant à l’importante coalition organisée par l’OBVT pour la lutte préventive contre les EAE, le parc national d’Opémican, qui est à peine créé, se met déjà à l’action dans sa zone périphérique!

Référence

CRRNT, 2013. Contrôle des espèces aquatiques envahissantes par des stations de lavage de bateau. 64 p.


Dany Gareau est directeur du parc national d’Opémican. gareau.dany@sepaq.com

Thibaut Petry est directeur adjoint, Organisme de bassin versant du Témiscamingue (OBVT).

Photos: Gabrielle Chaumont et Thibaut Petry.


Articles liés

Aucun article lié.

Afficher tous les articles

Be Informed

Sign up for Sépaq emails to be the first to find out about our promotions, news and special offers.

Sign Up