Une collection de spécimens uniques en leur genre - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : nouvelles mesures préventives dans certains paliers d'alerte, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Le volume d'appels actuel occasionne certains délais d'attente supplémentaires au téléphone. Nous suggérons de consulter la foire aux questions et de réserver en ligne.

Blogue de conservation

Une collection de spécimens uniques en leur genre

14 avril 2015


Le printemps et l’été 2014 furent 2 saisons exceptionnelles pour l’acquisition de connaissances mycologiques au parc national de Frontenac. Suite à l’implication et au dévouement d’un jeune mycologue amateur, Antoine Houle Demers, un impressionnant total de 142 espèces de champignons ont été identifiées et intégrées à une collection mycologique virtuelle du parc national de Frontenac.

L’implication de jeunes mycologues amateurs

À l’automne 2013, un premier inventaire a été réalisé par un groupe d’étudiants en bioécologie du Cégep de Sherbrooke. Lors de ce court inventaire s’étant déroulé sur une période de 4 jours, 22 espèces de champignons furent identifiées. L’inventaire réalisé à l’été et à l’automne 2014 a pour sa part été fait par un des membres du groupe d’étudiants qui avait procédé à l’inventaire de l’année précédente, soit M. Antoine Houle-Demers. Lors de ce second inventaire, près de 250 espèces différentes de champignons ont été observées.

De ces 250 observations, 142 champignons ont été identifiés et documentés. Pour y parvenir, près de 125 heures et 29 sorties de terrain furent requises. Cet effort considérable a permis de bonifier grandement les connaissances mycologiques du parc en plus d’identifier 16 espèces de champignons potentiellement rares au Québec.

Figure 1 Le polypore en ombelle (Polyporus umbellatus) est l'une de ces espèces rares qui a été observées au parc national de Frontenac en 2014

De l’observation à la collection virtuelle du parc

Afin de faciliter la compilation et la consultation des spécimens observés au parc, ce jeune mycologue amateur a intégré l’ensemble des données mycologiques actuelles du parc à l’intérieur d’une collection mycologique virtuelle. Chacune des espèces identifiées est accompagnée de photographies, d’une description du milieu où il a été prélevé et du détail des caractéristiques ayant permis son identification. M. Houle-Demers a également procédé à la validation des données prélevées en 2013 par le groupe d’étudiants dont il faisait partie, pour ensuite les intégrer à la collection mycologique.

Des spécimens bien particuliers

Essentiellement, les recherches en forêt ont été tournées vers l’identification des « vrais champignons ». Toutefois une attention supplémentaire a été apportée envers des organismes bien particuliers, les myxomycètes. Ceux-ci sont généralement étudiés par les mycologues puisqu’ils ont une apparence proche des champignons et qu’ils occupent des environnements similaires. Par contre, il importe de mentionner que bien qu’ils aient une apparence similaire aux champignons, les myxomycètes sont très peu apparentés à ces derniers. Par exemple, au contraire des champignons, ils peuvent se déplacer sur la surface sur laquelle ils se trouvent.

Figure 2 Fuligo septica, un myxomycète observé au parc national de Frontenac à l'été 2014

Si vous souhaitez obtenir davantage de renseignements sur les myxomycètes et champignons présents au parc national de Frontenac, nous vous invitons à communiquer avec le service de la conservation et de l’éducation.


Louis Laferrière est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national de Frontenac. laferriere.louis@sepaq.com

Antoine Houle-Demers est mycologue amateur, technicien en bioécologie et étudiant en biologie.

Photos:Antoine Houle-Demers.


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire