COVID-19 : tout ce que vous devez savoir

Un temps des Fêtes en toute sérénité

En collaboration avec la Dre Janick Coutu, psychologue

Cette année, nous pourrons enfin renouer avec les joies du temps des Fêtes et nous rassembler pour célébrer avec ceux qu’on aime. Mais pour certains, les nombreux préparatifs de ce moment de l’année peuvent être une source de stress importante. L’achat des cadeaux, l’élaboration des repas, la gestion des réceptions et des activités en famille occasionnent en effet des casse-têtes à plusieurs d’entre nous. La Dre Janick Coutu, psychologue, nous propose ses meilleurs conseils pour aborder le temps des Fêtes différemment. Ce qu’elle nous propose? Plus de lâcher-prise, de sérénité et, on était heureux qu’elle nous le suggère, de nature.

Audrée Larocque | © Sépaq

Gérer l’appréhension des Fêtes

Chaque année, dès le début du mois de novembre, on est déjà plongé dans l’ambiance du temps des Fêtes. La musique de Noël se fait entendre à la radio, les sapins de Noël brillent dans les magasins et les médias nous rappellent sans relâche que les festivités approchent. « Sans qu’on s’en rende vraiment compte, ça alimente beaucoup l’anticipation et l’anxiété liées à la période des Fêtes », remarque la Dre Janick Coutu. Mais pourquoi donc ce moment de l’année, qui est censé être synonyme de plaisirs, de joie et de partage, nous occasionne tant de stress? « Se poser la question est un bon départ. Qu’est-ce qui nous rend si anxieux? Chaque personne aura une réponse pour laquelle elle pourra chercher une piste de solution », poursuit la psychologue qui utilise cette méthode avec ses patients.

Prendre le temps de s’arrêter

« Lorsqu’on se sent angoissé, débordé, fatigué, il est important de s’arrêter et de prendre du temps pour faire quelque chose qu’on aime vraiment, qui nous fait plaisir et qui nous permet de nous reposer », affirme-t-elle. Ça peut être de s’accorder une heure de massage entre deux séances de magasinage de cadeaux, d’aller faire une marche au parc du coin, ou mieux encore, en forêt. « De nombreuses études montrent que la nature permet de réduire les hormones de stress. Sortir jouer dehors est un excellent calmant naturel, que ce soit en préparation ou pendant le temps des Fêtes », d’ajouter la Dre Coutu.

Justine Marc-Aurèle | © Sépaq
Mathieu Lachapelle | © Sépaq
© Sépaq
© Sépaq

La constance plutôt que la performance

« Pour être capable de passer de la motivation à l’action, se fixer de petits objectifs de départ est une bonne stratégie, reconnaît la psychologue. Par exemple, si on est particulièrement épuisé, sortir marcher 15 minutes par jour pour commencer, c’est toujours mieux que de se lancer dans une sortie de plusieurs heures en ski de fond et d’en ressortir complètement fatigué, surtout si ce n’est pas un sport que l’on est habitué de pratiquer. Les petites durées sont moins décourageantes et les activités simples comme la marche et la randonnée n’impliquent pas d’échec ni de découragement. » Selon elle, le simple fait d’avoir pris l’air et de s’être dégourdi les jambes est rempli de bienfaits. Car on l’a bien vu pendant la pandémie, le retour à l’essentiel, et tout simplement le contact avec nature, surtout en plein cœur de l’hiver, sont remplis de bénéfices.

La lumière naturelle pour contrer la déprime

Elle ajoute : « La lumière naturelle est essentielle à l’équilibre du corps humain. Elle lui permet de sécréter de la mélatonine, une hormone qui régule le sommeil, ainsi que de la sérotonine qui, elle, permet d’équilibrer l’humeur. » D’ailleurs, on l’a tous déjà expérimenté, on se sent toujours plus énergique et apaisé lors d’une belle journée ensoleillée passée à jouer dehors. Même sans forcément voir le soleil, la luminosité naturelle a un effet ultra-bénéfique sur la santé physique et mentale. « Une personne sur cinq souffre de déprime saisonnière, un état qui entraîne une baisse d’énergie et de motivation pendant les mois d’hiver. L’activation de notre corps, en marchant, en skiant, en patinant, ou même en construisant un bonhomme de neige avec ses enfants, joue un rôle bénéfique sur notre équilibre global. Mais encore une fois, ce qui est le plus important, c’est de s’offrir une activité qui nous tente et d’y aller à son rythme », remarque la psychologue.

Mathieu Lachapelle | © Sépaq
© Sépaq
Mathieu Lachapelle | © Sépaq
© Sépaq

Faire durer les bienfaits des vacances tout l’hiver

Donc, on l’aura compris, il ne faut pas hésiter à prendre du temps pour soi avant et pendant le temps des Fêtes, pour faire le plein d’air frais à l’extérieur de la maison et s’abreuver de lumière naturelle. Mais comment faire durer les bienfaits des vacances tout le reste de l’hiver? La Dre Coutu nous recommande de placer à son agenda de petits gestes concrets : « Faisons un parallèle. C’est important d’aller chez le dentiste une fois par année pour s’offrir un bon nettoyage dentaire. Mais c’est un événement occasionnel. Il est essentiel de continuer à se brosser les dents tous les jours entre chaque rendez-vous pour continuer de prendre soin de sa santé buccale. C’est la même chose avec sa santé mentale. Il faut en prendre soin tous les jours et ne pas simplement espérer que les bienfaits des vacances de Noël portent leurs fruits jusqu’en avril. »

Ainsi, selon la Dre Janick Coutu, on devrait s’offrir aussi souvent que possible de petites doses de réconfort qui nous font sentir bien, que ce soit un bon bain chaud, une demi-heure de lecture, un après-midi de ski ou une marche dans le parc à côté de chez nous sur l’heure du lunch.

Boîte à idées pour passer un temps des Fêtes en toute sérénité

  • Se demander ce qui nous rend anxieux lors de la période des Fêtes et envisager une solution pour se sentir mieux.
  • Ralentir et s’accorder du temps pour soi, rien qu’une demi-heure ou une heure, pendant les préparatifs des Fêtes.
  • S’offrir une journée de calme, sans activité au programme, entre Noël et le jour de l’An.
  • Respecter son rythme et ne pas hésiter à refuser une invitation ou à décaler une activité si on n’en ressent pas l’énergie.
  • Marcher une quinzaine de minutes par jour, idéalement tous les jours.
  • Passer un maximum de temps dehors en journée, à la lumière naturelle, même si c’est pour lire quelques pages d’un livre au coin d’un feu extérieur ou pour discuter avec sa belle-sœur sous une grosse couverture.
  • Essayer une nouvelle activité de plein air en famille ou entre amis (raquette, ski de fond, vélo d’hiver, patinage, luge, etc.). Besoin d’idées? Laissez-vous inspirer ici.
  • Prendre le pouls de notre humeur et de notre énergie aussi souvent que possible afin de planifier le nombre et l’intensité des activités de sa journée en conséquence.
  • Apprendre à lâcher prise et ne pas chercher à impressionner la famille à tout prix avec des repas très élaborés, des cadeaux recherchés ou des activités hyper-originales. Après tout, l’important, ce n’est pas d’épater son entourage, c’est de passer du temps de qualité ensemble.
  • Retrouver son cœur d’enfant et savourer la magie de Noël en s’amusant à faire un bonhomme de neige, des glissades, ou encore une bataille de boules de neige avec ceux qu’on aime.

Dre Janick Coutu

À propos de la Dre Janick Coutu

La Dre Janick Coutu est une psychologue spécialisée dans la psychothérapie individuelle auprès d’enfants, adolescents et adultes. Depuis 2014, elle reçoit des personnes de tous les âges présentant des troubles de la conduite alimentaire ainsi que des difficultés de gestion émotionnelle et relationnelle. Elle accompagne aussi des adolescents et adultes ayant un trouble de la personnalité limite, des comportements d’automutilation et des idées suicidaires. Elle est également la fondatrice de la plateforme Dose de psy ainsi que l’animatrice du balado Dose de psy: le podcast.

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire