COVID-19 : nouvelles mesures préventives dans certains paliers d'alerte, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

7 mythes sur le camping rustique et sauvage

Définition : le camping rustique et sauvage fait référence à des emplacements en zones éloignées, accessibles à pied, en vélo, ou même en canot. Les lieux sont dotés d’installations de base : plateforme pour tente, trou à feu et grilles (parfois à partager avec les voisins), ainsi qu’un point d’eau et des toilettes sèches, à quelques mètres des sites. Peu achalandés et aussi moins coûteux que les emplacements de camping avec services, ces endroits précieux sont réputés pour être de véritables petits coins de paradis.

Les mots « rustique et sauvage » peuvent sonner comme s’ils étaient réservés aux aventuriers aguerris. À ceux en soif d’une escapade rocambolesque, où ils devront concocter leur souper à partir de plantes sauvages, au milieu de la forêt, en allumant un feu grâce à une technique par friction alliant herbes sèches et pierres à feu. Eh bien non! Il n’est vraiment pas nécessaire de suivre des cours de survie en forêt pour réaliser un séjour de camping rustique et sauvage.

Ce type d’hébergement est surtout destiné à quiconque a envie de profiter pleinement de la nature, à son état le plus pur. De s’endormir au creux des grands sapins bercé par le vent et les effluves de la forêt. Vous verrez, c’est beaucoup plus accessible qu’on le pense! Il suffit de s’ouvrir à de nouvelles sensations et de se concentrer sur l’essentiel : ce qui nous rapproche de la nature.

Mikaël Rondeau | © Sépaq

En décortiquant certains mythes sur le camping rustique et sauvage, on se rend rapidement compte que son nom fait plus de peur que de mal. Il n’est en réalité pas bien plus complexe que les séjours avec accès à deux ou trois services. Et en prime, il est peu coûteux! Puis on ne le dira jamais assez : le bonheur est dans la simplicité, surtout en camping.

Voici donc sept mythes démantibulés qui vous donneront envie d’oser celle qu’on aime bien surnommer « la chambre à étoiles illimitées » :

1. Il faut marcher des kilomètres dans des sentiers ardus pour atteindre les sites de camping

Faux. Certains sites ne sont qu’à quelques mètres de distance des stationnements et leurs sentiers se marchent très facilement. Nulle question d’escalader des pentes escarpées! Bien sûr, si vous le souhaitez, il est également possible d’effectuer des randonnées longues, s’échelonnant sur plusieurs journées. Dans ce cas, la Sépaq offre un service vous permettant de vous faire apporter votre nourriture et du matériel à différents points au fil de votre parcours. Le chemin est parfois plus agréable quand on a les épaules allégées!

2. C’est lourd et encombrant de traîner tout le matériel

Faux. Il est possible que vous regardiez votre voiture pleine à craquer avant de partir en camping et que vous vous disiez qu’il serait totalement inconcevable d’entrer tout ça dans un sac à dos. Et c’est bien vrai! Or, en camping rustique, on apprend justement à ne pas apporter trop de matériel. On aime le voir comme un séjour qui nous fait réaliser un retour à l’essentiel. Une tente, un sac de couchage, un matelas, un oreiller gonflable et quelques éléments de cuisine seront suffisants. L’idée est de ne pas tenter de recréer le confort de la maison, mais plutôt de s’organiser pour profiter de la nature. Si vous êtes habitués d’apporter avec vous un système audio par exemple, vous pourriez cette fois le laisser de côté pour écouter les sons naturels. Les vagues, les oiseaux et le frétillement du feu. Entrer en symbiose avec la nature, jusqu’à synchroniser sa respiration avec le vent. C’est totalement relaxant!

Mikaël Rondeau | © Sépaq
Mikaël Rondeau | © Sépaq
Nancy Guignard | © Sépaq
Nancy Guignard | © Sépaq

3. En camping rustique, il faut se priver

Faux. Il faut réduire le matériel, c’est vrai. Mais on suggère fortement d’apporter quelques éléments « non essentiels » pour tenir le rôle de petites douceurs durant votre séjour en nature. S’ils sont bien choisis, ils n’ajouteront pas beaucoup de poids à vos bagages et élèveront l’expérience à un niveau supérieur. Pour vous inspirer, voici les éléments chouchous de notre équipe, à glisser dans son sac à dos pour un camping suprême :

« Le café! C’est léger à transporter, ça se déguste à tout moment de la journée et ça procure instantanément une vague de douceur. En bonus, les sons et les odeurs qui s’en dégagent lorsqu’on le prépare sur le feu sont enivrants! » – Lucas, chargé de contenu

« Des bougies! C'est mon amie Fred qui m'a initiée à la bougie en camping. Il suffit d'en allumer quelques-unes sur la table à pique-nique, pour créer une ambiance chaleureuse vraiment réconfortante. On peut même les allumer au déjeuner! J'apporte souvent des petits lampions, parce que ça ne prend pas beaucoup de place et ça fait le travail à merveille, en camp rustique comme en chalet. » – Karina, responsable de la stratégie de contenu et des médias sociaux

« Mon hamac! Idéal pour somnoler au son de la nature qu'on soit en pleine forêt ou au bord de l'eau. Puis honnêtement, même en camping, la sieste de l'après-midi est un incontournable. » – Marie-Julie, technicienne en marketing

4. Cuisiner sur le feu est un vrai casse-tête

Faux. Si l’on tente de reproduire les mêmes recettes qu’à la maison, oui, cela peut s’avérer complexe. Mais en réalité, cuisiner en nature c’est découvrir un tout nouvel univers gustatif. Il suffit de revoir nos méthodes. Le brunch du dimanche est un incontournable en plus d’être un moment de grand réconfort. Mais avez-vous déjà pensé essayer le brunch du dimanche, en forêt, préparé sur le feu? Les effluves du feu se mêlent aux saveurs des aliments et les sentiments sont quintuplés. Pour débuter, l’idéal est de penser aux plats qui se cuisinent dans une seule casserole. Et par là, on pense à quelque chose d'aussi gastronomique qu’un risotto aux asperges et au parmesan. Laissez-vous inspirer par ces recettes à cuisiner en plein air.

Nancy Guignard | © Sépaq
Nancy Guignard | © Sépaq
Mikaël Rondeau | © Sépaq
Nancy Guignard | © Sépaq

5. C’est complexe (voir impossible) de faire la vaisselle au milieu de la forêt

Vrai... et faux. Oui, c’est plus complexe qu’à la maison. Mais, on parie qu’en rentrant de votre séjour en nature, vous aurez développé de nouvelles méthodes de cuisine pour utiliser le moins de vaisselle possible. Parce qu’on doit être honnêtes, en camping comme à la maison, nettoyer n’est pas la partie de plaisir! Dans la forêt, osez manger à même le plat, ou encore, pensez à des recettes qui se mangent avec les mains, comme des tacos ou une trempette repas. Dans tous les cas, les emplacements sont toujours à proximité d’un point d’eau qui vous permettra de laver la seule gamelle que vous aurez utilisée.

6. Les insectes sont encore plus envahissants

Faux. S’il y a bien une chose qui ne varie pas en fonction du nombre de services choisis, c’est les insectes. Que vous soyez dans un camping tout confort ou dans un camping rustique, si c’est la saison, les insectes seront au rendez-vous. Or, en mode sauvage, les insectes sont même généralement moins attirés par les campeurs puisque la zone est moins éclairée et moins achalandée. Dans tous les cas, pensez à emporter une chandelle à la citronnelle pour les éloigner. C’est efficace, et ça entre même dans les petites douceurs pour l’ambiance!

7. Il n’y a pas de toilettes

Faux. Des toilettes sont accessibles dans les zones rustiques, seulement elles sont sèches. Et en réalité, on y retrouve plus de confort, car surtout, plus d’intimité. Eh oui, ces types d’emplacements de camping sont moins achalandés, donc leurs toilettes aussi!

---

Malgré tout, il se peut que le défi d’un séjour rustique semble un gros pas à franchir. Et on comprend tout à fait. Dans ce cas, pensez à y aller progressivement. Si vous êtes habitués à un camping à deux ou trois services, vous pouvez diminuer graduellement. Sinon, vous pouvez aussi apporter de petits appareils, tel qu’un bloc de recharge électrique afin de compenser en cas de besoin. Ainsi, peut-être que d’ici la fin de la saison, vous vous sentirez prêt à oser le camping rustique. Et rendus là, on vous promet une chose : vous ne voudrez plus jamais échanger votre chambre à étoiles illimitées contre rien au monde!

Prêt pour l’aventure? Jetez un œil à nos endroits coups de cœur pour le camping à l’état pur.

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire