Les morses en 5 faits cocasses

En collaboration avec Charles-Olivier Trudel, guide animalier à l’Aquarium du Québec.

Grandes vedettes de l’Aquarium, les morses sont des mammifères marins fascinants. Ces colosses ont plus d’un tour dans leur sac (ou plutôt sous leur épaisse couche de graisse)! Découvrez-les en cinq faits cocasses.

Aquarium du Québec Aquarium du Québec
Aquarium du Québec © Sépaq

Des défenses de taille

La caractéristique physique la plus marquante des morses, hormis leur immense taille, est sans conteste la présence de deux imposantes défenses qui ornent leur tête. Présentes autant chez la femelle que chez le mâle, les défenses servent à la compétition et aux combats entre les membres d’un même sexe en plus d'être aussi utilisées comme appui pour grimper sur la glace.

Ces canines démesurées ne cessent jamais de s’allonger, mais l’usure continuelle les empêche de devenir trop encombrantes. Chez des individus particulièrement bien équipés, les défenses peuvent atteindre près d’un mètre de longueur et peser plus de 5 kg chacune. Vous imaginez-vous traîner 10 kg de dents sous votre nez?

Une faim de loup… ou de morse

La diète du morse ferait pâlir d’envie n’importe quel amateur de fruits de mer. Elle se compose d’une grande diversité d’organismes marins : crustacés, mollusques, poissons et vers marins. Malgré cette grande diversité dans son alimentation, les proies de prédilection du morse restent les mollusques bivalves, telles que les moules, myes, coques et palourdes.

En été, un mâle adulte peut manger quotidiennement entre 50 et 85 kg de nourriture. Considérant que ce poids n’inclut que la partie molle des mollusques, on peut estimer qu’une bonne journée d’alimentation pour un mâle pourrait dépasser les 30 000 palourdes!

Son mantra : une chose à la fois

Le morse a un cycle annuel qui a de quoi faire des jaloux. L’été et l’automne sont consacrés à l’alimentation ; l’hiver, à la reproduction. Le mâle, en particulier, se concentre exclusivement à sa tâche du moment. Simplement, il se goinfre tout l’été et cesse de s’alimenter l’hiver. À l’Aquarium, notre cher Boris peut donc passer d’environ 1 400 kg au mois décembre à tout juste 1 000 kg en juin.

Aquarium du Québec
Aquarium du Québec © Sépaq
Aquarium du Québec
Aquarium du Québec © Sépaq

Un équipement impressionnant

Bien que cet os puisse avoir l’air d’une petite défense difforme, il n’en est rien! Le baculum (l’os pénien) présent chez plusieurs espèces de mammifères est particulièrement impressionnant chez les morses. D’une longueur atteignant parfois plus de 60 cm, il représente près de 1/5 de la longueur totale du morse mâle! Cet imposant appareil sexuel n’est toutefois pas toujours visible : le morse possède un fourreau, dans lequel il peut protéger du froid ses organes les plus sensibles.

Des veaux nourris à la crème

Même si les adultes sont très impressionnants en raison de leur taille et de leurs imposantes défenses, il reste que leurs petits le sont tout aussi. Saviez-vous que le veau naissant pèse déjà entre 45 et 75 kg à sa venue au monde, un poids qu’il triplera dès la fin de sa première année? Pour prendre tout ce poids, le jeune morse est allaité durant 12 à 36 mois avec du lait qui contient près de 25 % de matières grasses. Ce pourcentage est plus élevé que chez les humains, où le lait maternel contient généralement moins de 5 % de matières grasses. Chez certaines espèces d’otaries, la matière grasse du lait peut atteindre les 50 %. De quoi avoir une très bonne poussée de croissance!

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire