COVID-19 : retrouvez votre nature en toute sécurité  |   Carte annuelle Parcs nationaux du Québec - Édition Bonjour Québec


Le volume d'appels actuel occasionne des délais élevés d'attente au téléphone. Nous suggérons de consulter la foire aux questions et de réserver en ligne.

Le jardinage à la portée de tous

Par Larry Hodgson, journaliste horticole, jardinierparesseux.com.

Rêvez-vous de cultiver de juteuses tomates, des laitues croquantes, du basilic suavement odorant? Pourquoi ne pas tenter l’expérience? Cultiver des plantes comestibles n’est pas sorcier et permet une excellente économie par rapport à l’achat de légumes frais. Aussi, on peut jardiner essentiellement n’importe où! D’ailleurs, c’est le projet parfait pour une petite famille, car même les enfants peuvent participer.

Voici deux suggestions d’un potager que vous pouvez faire chez vous.

Alex Béraud | © Sépaq

Un potager en pleine terre

Pour un petit potager en pleine terre, tout ce qu’il vous faut est un espace au sol : en cour arrière, en façade ou dans un jardin communautaire. Il faut surtout penser que les légumes et fines herbes ont besoin de soleil, donc un emplacement qui reçoit au moins 6 heures de soleil par jour est fortement recommandé. Mais la qualité de votre sol d’origine importe peu. On peut même installer un potager sur une terrasse ou un stationnement!

Le type de potager le plus facile à réussir est le potager surélevé, car il offre un meilleur drainage et se réchauffe plus rapidement au printemps. Et c’est un projet facile à réaliser dans un seul après-midi.

À cette fin, construisez d’abord un cadre en bois, de préférence un bois peu putrescible, comme le mélèze. Quatre planches de 30 cm de haut et de 1,20 cm de longueur clouées ensemble aux coins vous donneront un superbe potager en carré, par exemple.

Mettez maintenant le cadre de côté pour l’instant et préparez l’espace. Vous n’avez pas à enlever le gazon, s’il y en a, mais s’il y a des tiges dressées, fauchez-les et laissez-les au sol. Maintenant, couvrez la surface de carton non ciré, de papier journal (7 à 10 feuilles d’épais) ou de sacs de papier. Cette barrière temporaire (elle se décomposera après quelques mois) étouffera le gazon et les mauvaises herbes qui en mourront, deviendront du compost et nourriront votre potager.

Placez le cadre sur la barrière et déjà votre potager commencera à prendre forme.

Remplissez maintenant le cadre de bonne terre à jardin, offerte en jardinerie. Ne lésinez pas sur la qualité : cette terre nourrira votre famille pendant les prochains 10 ans et même plus. Demandez au marchand la meilleure qu’il offre et insistez pour qu’elle soit libre de racines et de semences de mauvaises herbes. Remplissez votre cadre de cette terre jusqu’au bord. Et juste pour vous assurer que le sol est bien riche, ajoutez 2 cm de compost et un engrais biologique tout usage à dégagement lent, comme l’Acti-Sol (suivez les indications sur l’emballage quant à la quantité, car chaque engrais est différent), et mélangez-les au sol. Et voilà! Vous avez un potager prêt à planter!

Planifier la plantation

On cultive deux catégories de légumes et fines herbes. La plupart, comme la plupart des légumes-feuilles (laitue, choux, bettes à carde), des légumes racines (carottes, radis, betteraves, pommes de terre, etc.) et certains légumes-fruits (haricots, courges, concombres, etc.), on peut semer directement en pleine terre. D’autres, comme les tomates et les poivrons et certaines fines herbes, comme le romarin et le basilic, il faut soit démarrer à l’intérieur environ 6 semaines avant la date de plantation ou encore, acheter sous forme de plants. Pour votre première expérience, prenez le chemin de la facilité et achetez des plants.

La culture en potager surélevé permet de concentrer les cultures et ainsi augmenter la récolte. Oubliez la culture en rang : avec un large interligne entre chaque rang, elle gaspille trop d’espace. Essayez plutôt une culture en carrés. Imaginez votre potager comme une série de carrés de 30 cm sur 30 cm. Dans chaque carré, vous sèmerez ou planterez un gros légume, comme une tomate ou un chou, 4 légumes de taille moyenne, comme des laitues pommées ou des bettes à carde et jusqu’à 16 petits légumes, comme des carottes, des radis ou des oignons verts. Ainsi, tout l’espace servira!

Tout le monde peut réussir une bonne récolte de légumes. www.jardinierparesseux.com | © Sépaq
Un potager surélevé donne une excellente récolte en peu d’espace. Marc Vaugeois, Wikimedia Commons | © Sépaq

Semis et plantation

Semez les graines selon votre planification à une profondeur égale à 3 fois leur hauteur et recouvrez-les de terre. Les enfants adoreront vous aider. Arrosez. Voilà, c’est fait!

Pour repiquer les plants, creusez un trou assez gros pour recevoir la motte de racines et déposez-la dedans. Couvrez de terre et arrosez. Ce n’est pas plus compliqué que cela!

Entretien

Quand les semis lèveront et auront 4 à 6 feuilles, rajoutez du paillis sur toutes les surfaces nues pour empêcher la pousse de mauvaises herbes. Le paillis aidera aussi à garder le sol également humide.

Pour savoir quand arroser, plongez votre index dans le sol jusqu’au deuxième joint. Si c’est sec, arrosez. Sinon, n’arrosez pas.

Certaines plantes, comme les tomates, les pois et les haricots grimpants, auront besoin d’un tuteur ou d’un treillis.

Il n’en faut pas plus pour réussir les légumes!

La récolte

Reste à récolter vos délicieux légumes. Certains, comme les radis et les laitues, mûrissent rapidement, en 4 à 6 semaines, et l’on peut même en ressemer pour une deuxième ou troisième récolte. D’autres (tomates, carottes, brocoli, etc.) prennent une bonne partie de l’été à mûrir. Vous saurez qu’ils sont prêts quand ils auront la même taille, forme et couleur que les légumes que vous achetez au supermarché.

Il faut de gros pots pour avoir de beaux légumes. Federico Candoni, Wikimedia Commons | © Sépaq
Les boîtes de rangement font d’excellents pots pour un potager sur balcon ou terrasse. DIYAMORY | © Sépaq

Un potager sur le balcon

Vous n’avez pas d’espace au sol? Peu importe, car vous pouvez faire un jardin en pot sur une terrasse ou balcon, même sur un rebord de fenêtre. Tout pot peut convenir, tant qu’il a des trous de drainage… et si le contenant de votre choix n’a pas de trous dans le fond, percez-en! Visez des trous de 6 mm (le diamètre d’un crayon).

Cela dit, plus le pot est gros, plus l’entretien est facile. Les petits pots sèchent très rapidement, parfois en moins d’une journée, et nécessitent alors une surveillance constante. Les gros pots (gros comme un seau ou plus gros encore) retiennent plus d’eau et alors le besoin d’arrosage est sérieusement diminué. Généralement, un arrosage par semaine suffira.

Une boîte de rangement de type Rubbermaid fait un excellent pot de culture, assez gros pour plusieurs légumes différents. Percez quatre trous dans le fond. Placez une feuille de papier journal ou un essuie-tout sur les trous pour empêcher la terre de sortir lors des arrosages. Rester à remplir la boîte de terreau conçu pour la culture en pot (facilement disponible en jardinerie). Comme pour un potager au sol, mélangez-y 2 cm de compost et 2 ou 3 poignées d’engrais biologique tout usage à dégagement lent et voilà, vous êtes prêt à planter!

L’entretien d’un potager en pot est le même que pour le potager en pleine terre. Il faut surtout surveiller les arrosages.

Et voilà! La culture de légumes et fines herbes frais chez soi est à la portée de tous. Impliquez toute la famille dans le projet et tous seront d’accord pour dire qu’ils n’ont jamais goûté à des légumes aussi délicieux!

À propos de Larry Hodgson

Jardinier autodidacte, Larry Hodgson travaille comme chroniqueur horticole depuis plus de 35 ans sous le nom de plume Jardinier paresseux. Il a notamment été rédacteur en chef de la revue Fleurs, Plantes et Jardins et il signe, entre autres, des chroniques horticoles pour le journal Le Soleil de Québec. Il donne des conférences à travers le Canada et les États-Unis et est également chroniqueur horticole au poste de radio CKIA-FM. Il est aussi l’auteur de plus de 50 livres, dont ceux de la populaire série Le jardinier paresseux. Il s’est surtout fait connaître du grand public durant les sept années où il a été chroniqueur aux émissions de télévision Fleurs et Jardins et Salut Bonjour weekend. Il a été le président de la Garden Writers Association, un regroupement international de journalistes horticoles, et s’est mérité plusieurs prix au cours de sa carrière, dont le prestigieux 2006 Garden Media Promoter Award offert par la Perennial Plant Association. Un promoteur fervent de tourisme de jardins, il agit comme accompagnateur lors de voyages horticoles à travers le monde. Son blogue horticole quotidien, www.jardinierparesseux.com, accumule presque 5 millions de vues par année. Monsieur Hodgson réside à Québec.

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire