COVID-19 : retrouvez votre nature en toute sécurité  |   Carte annuelle Parcs nationaux du Québec - Édition Bonjour Québec


Le volume d'appels actuel occasionne des délais élevés d'attente au téléphone. Nous suggérons de consulter la foire aux questions et de réserver en ligne.

S’équiper pour la longue randonnée d’hiver

Contrairement aux croyances, la longue randonnée d’hiver, celle que l’on accomplit sur plus d’une journée, nécessite peu d’équipement. De bons vêtements d’hiver et quelques accessoires pour cuisiner suffisent. Et si vous faites déjà du camping l’été, vous avez probablement déjà tout!

Pour vous aider à y voir plus clair, nous avons demandé à notre collègue Ariane, une passionnée de plein air et adepte de longue randonnée, de partager avec nous ses meilleurs trucs acquis au fil de ses expériences.

Prêt? Suivez l’experte!

Nancy Guignard | © Sépaq

Ariane, guide d'un jour

À propos d'Ariane, notre guide d'un jour

Adepte de longue randonnée depuis plusieurs années déjà, Ariane a réalisé de fabuleuses expéditions aux quatre coins du monde. De la Patagonie chilienne à la Nouvelle-Zélande, en passant par les parcs nationaux du Québec, Ariane est une fille en forme, toujours à la recherche des plus belles montagnes à gravir et des plus beaux paysages à découvrir à travers le monde.

On s’habille comment?

Première étape quand on planifie une longue randonnée d’hiver : prévoir ses vêtements. Pour faire des choix judicieux, gardez en tête ces trois règles de base :

  • S’habiller en multicouches. C’est probablement la règle la plus importante. Le principe est simple, vous ajoutez ou retirez un vêtement, selon l’intensité de votre effort physique et en fonction des conditions hivernales.
  • Miser sur des morceaux composés de fibres synthétiques, comme la laine polaire ou le polyester, qui sont des tissus réputés pour bien respirer et sécher plus rapidement. Si vous avez un chandail en laine de mérinos, c’est le moment de l’utiliser. En plus d’avoir toutes les propriétés des tissus synthétiques, la laine de mérinos n’absorbe pas les odeurs, ce qui est absolument fantastique.
  • Prévoir un seul ensemble de vêtements de rechange, peu importe le nombre de jours que durera votre expédition. Vous serez heureux d’enfiler des vêtements secs à votre arrivée au refuge, tandis que vos vêtements de la journée seront entrain de sécher.

Vous pensez qu’il faut s’habiller très chaudement quand on part en longue randonnée? Détrompez-vous. Il est recommandé de s’habiller assez légèrement et même d’avoir un peu froid au moment du départ. Il faut se rappeler que lorsque l’on marche en raquette, avec un sac à dos chargé, on se réchauffe naturellement au bout d’une quinzaine de minutes.

Et les guêtres, ça mange quoi en hiver?

Les guêtres sont des petites pièces d’équipement qui couvrent le bas de la jambe et le dessus de la botte d’hiver. Elles servent à éviter que la neige n’entre dans vos bottes et mouille vos pieds et vos pantalons. Elles ne sont pas essentielles, mais peuvent être très pratiques.

Si vous n’en avez pas, sachez que vous pouvez en louer dans la plupart des centres de découverte et de services de la Sépaq, de même que des raquettes, des crampons et des bâtons de marche.

Le conseil d’Ariane

Dès qu’on commence à transpirer, même un peu, il faut intervenir et enlever une couche pour éviter d’être mouillé et ensuite, d’avoir froid. Et puis, si on s’arrête pour une pause collation, on ajoute une couche de plus, comme une doudoune chaude.

On mange quoi?

Pour cuisiner de délicieuses recettes en refuge, la clé du succès n’est pas l’équipement sophistiqué, ni les talents culinaires du chef, mais tout simplement la préparation.

Risotto aux champignons sauvages, fondue au fromage, cari de pois chiches épicé, pâtes au pesto et aux tomates séchées… tout ce dont vous aurez besoin pour cuisiner ces délicieuses recettes gourmandes, c’est d’un petit chaudron et d’un brûleur. Il vous faudra par contre faire preuve d’un peu de préparation au préalable. Mélanger ses épices dans un petit sac, ouvrir sa conserve de pois chiches et les rincer avant de partir, blanchir ses légumes, râper le fromage et préparer ses assaisonnements sont tous de bons trucs pour éviter de traîner trop de matériel dans son sac à dos.

Inutile de transporter des litres et des litres d’eau

Pour être bien hydraté tout au long de l’aventure, inutile de traîner une immense quantité d’eau. Une bonne quantité pour la journée suffit. Les refuges sont tous munis d’un grand chaudron qui sera utile pour faire fondre de la belle neige. Il vous faudra ensuite la faire bouillir quelques minutes sur le poêle à bois, pour ensuite refaire vos provisions d’eau potable. À noter que certains préfèrent traîner des pastilles de chlore pour traiter l’eau sans avoir besoin de la faire bouillir.

Rapporter ses déchets

Attention! En refuge, on doit rapporter ses déchets. Il faut donc prévoir un sac de poubelle vide que l’on rapportera à la fin de l’aventure et prévoir que le moins de déchets l’on traîne, le mieux on se porte.

Le menu d’Ariane

En camping ou en refuge, Ariane aime bien manger. C’est pourquoi elle prône les menus réconfort, qui font partie du plaisir de l’aventure.

Pour le lunch

Pour votre première journée de randonnée, prévoyez de bons sandwichs sur du pain frais ramassés dans une boulangerie sur la route. Un sandwich bien emballé se traîne facilement, est délicieux et fournit de l’énergie. Pour le lunch du lendemain, du fromage, des saucissons, des noix et des fruits se transportent bien et vous fourniront de l’énergie.

Pour souper

Une fondue au fromage du Québec avec des morceaux de pain baguette, du brocoli, du chou-fleur, des pommes et des saucissons. Une autre option? Risotto avec champignons déshydratés. Quoi qu’il en soit, ça prend du fromage fondu.

Pour déjeuner

Un bon bol de gruau, avec des morceaux de pommes et de bananes, des noix, des dattes et des raisins secs. Délicieux et nourrissant.

Un bon café pour débuter la journée de randonnée, c’est un essentiel et vous n’aurez besoin que d’un petit chaudron. En refuge, on y va avec la bonne vieille technique du café cowboy. Si vous préférez votre café avec du lait, optez pour des petits formats de lait Grandpré qui n’ont pas besoin d’être gardés au frais.

Les collations

Des noix, des bananes, des pommes, du fromage, du chocolat, des fruits séchés, des galettes maison. Ce qui vous fait plaisir et que vous aimez partager!

Parc national de la Gaspésie
Parc national de la Gaspésie Nancy Guignard | © Sépaq
Parc national de la Gaspésie
Parc national de la Gaspésie Nancy Guignard | © Sépaq
Nancy Guignard | © Sépaq
Nancy Guignard | © Sépaq

Pour dormir, on a besoin de quoi?

Les refuges sont munis de lits et de matelas. On doit donc simplement apporter de quoi s’abrier pour la nuit. Un sac de couchage plutôt mince fera l’affaire puisque de façon générale, il faut chaud dans un refuge. Si vous avez un oreiller de camping, c’est le moment de l’utiliser.

Vous n’avez ni l’un ni l’autre? Une couverture mince roulée dans votre sac à dos et un chandail de polar en guise d’oreiller feront parfaitement l’affaire.

L’astuce d’Ariane

Un petit oreiller de camping gonflage prend peu de place, est peu coûteux et est utile pour ce genre d’aventure. On en trouve dans tous les magasins de plein air.

On transporte tout ça comment?

Maintenant que l’on sait ce que l’on doit apporter, il faut maintenant placer le tout dans un sac à dos. Encore une fois, préparer son sac à dos n’est pas compliqué.

3 conseils :

  1. Coller sur le dos ce qui est lourd, par exemple gamelle et brûleur.
  2. Mettre dans le fond du sac le matériel qui ne sera pas utile pendant la journée de randonnée, comme le sac de couchage, les vêtements de rechange et les ingrédients pour préparer le souper du soir.
  3. Placer sur le dessus du sac ce qu’on veut garder à portée de main : le lunch du midi et les collations, la doudoune, une autre paire de mitaines, etc.

Et si vous avez envie de simplicité, sachez que le transport de bagages est offert dans quelques-unes de nos destinations.

Le constat d’Ariane

« On en amène toujours trop ». La seule chose qu’on n’amène jamais en trop dans ce genre d’aventure, ce sont des bas et des mitaines de rechange.

Nancy Guignard | © Sépaq
Nancy Guignard | © Sépaq
Nancy Guignard | © Sépaq
Parc national de la Gaspésie
Parc national de la Gaspésie Nancy Guignard | © Sépaq

Important : les petits luxes

Ce n’est pas parce qu’on part en refuge qu’il faut se faire la vie dure! Voici quelques items qui prennent peu de place, mais qui valent leur pesant d’or.

  • Un petit haut-parleur. Téléchargez votre liste de chansons préférées avant de partir et vous pourrez faire jouer de la musique toute la soirée.
  • Des petits lampions : pour créer une ambiance agréable.
  • Un jeu de cartes : pour la petite partie obligatoire.
  • Une bonne bouteille de vin. Pas essentiel, mais accompagne à merveille la fondue au fromage et le risotto.
  • Prévoyez une petite surprise pour la gang! Par exemple : apportez des gaufres plutôt que des toasts pour le déjeuner, ou n’importe quoi qui ajoutera une touche de magie dans votre aventure entre amis.

Conseils de sécurité

La longue randonnée d’hiver n’est pas plus risquée que la randonnée d’hiver en général. Mais il faut cependant adopter des réflexes sécuritaires. Restez dans les sentiers et assurez-vous de toujours consulter la carte du territoire avant de vous engager dans un nouvel embranchement.

Mais surtout, ne sous-estimez pas les conditions hivernales. Avant de planifier votre aventure, consultez les prévisions météorologiques, assurez-vous d’apporter des vêtements adaptés et soyez vigilants si vous devez composer avec de bonnes bordées de neige.

Liste du matériel à apporter (aide-mémoire)

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire