COVID-19 : tout ce que vous devez savoir

L’écoéducation par la nature :
une école à ciel ouvert

À un moment où le besoin de grands espaces est criant, il n’est pas étonnant que l’écoéducation gagne en popularité auprès des parents et d’une variété d’intervenants. Partout au Québec, des initiatives voient le jour et se démarquent, notamment celle de Grand-Mère Nature dans la Capitale-Nationale.

Nathalie Allard-Pouliot, une passionnée de nature et l’instigatrice de ce projet social, nous parle des bienfaits d’une vie en plein air pour le développement et le bien-être de nos enfants.

Nathalie Allard-Pouliot Alma Kismic | © Sépaq
Nathalie Allard-Pouliot

Une vocation

Du plus loin qu’elle se souvienne, Nathalie, alias Grand-Mère Nature, a toujours été ancrée dans l’écoéducation. Avant même de connaître le nom de la pratique, cette mère de 5 enfants, une éducatrice, professeure et anthropologue de formation, avait comme complice et collègue la nature.

« La famille a toujours été au cœur de ma vie. À l’époque où j’étudiais en anthropologie, j’avais pour objectif d’ouvrir une école. En m’inspirant de méthodes de partout à travers le monde, je voulais déceler ce qu’il y avait de positif dans l’éducation des jeunes, puis le transmettre aux parents d’ici », se remémore madame Allard-Pouliot.

La vie l’a finalement amenée à se consacrer entièrement à ses enfants : elle leur a fait l’école à la maison, à la campagne, en autosuffisance de surcroît. « Après réflexion, j’enseignais déjà par la nature en offrant aux miens le contexte, l’espace et le temps… dans cette espèce de liberté qui venait avec tout ça! », se rappelle-t-elle.

« Ce n’est qu’une fois de retour à la commission scolaire, en 2000, que j’ai compris que mon approche était celle de la Forest School [école de la forêt], créée au Danemark dans les années 50. Ou encore celle de nos ancêtres. J’avais envie, moi aussi, de revenir à cette forme de pédagogie cyclique où la tête, le cœur et le corps se développent globalement », précise-t-elle.

La meilleure des enseignantes

Le concept derrière Grand-Mère Nature est donc l’aboutissement d’innombrables observations appuyées par plusieurs années d’expérience et de formation.

Diplômée du cégep de Rivière-du-Loup, madame Allard-Pouliot est fière de faire partie de la première cohorte québécoise en écoéducation par la nature. Avec les années, elle a consolidé son expertise afin d’aider les familles désirant renouer avec leur environnement. Sa mission : redonner confiance aux parents et leur démontrer qu’il n’existe pas de meilleurs ambassadeurs nature qu’eux.

« Ce que je voyais dans les écoles était alarmant. Je notais une dégradation importante de l’état physique des enfants en raison de nombreuses restrictions dans les gymnases ou dans la cour. Je remarquais aussi que les parents étaient stressés et désemparés devant les besoins de leurs petits. Ce déficit nature doublé des inquiétudes parentales m’a confirmé qu’il était temps qu’on aille jouer dehors, qu’on se dégourdisse! », raconte-t-elle.

Il n’en fallait pas plus pour convaincre madame Allard-Pouliot de créer un projet bien spécial : services de monitorat et de soutien, partage d’informations, de trucs et d’expériences, ateliers et réseautage en écoéducation, le tout gratuitement. Grâce à Grand-Mère Nature, elle réussit à accompagner quotidiennement des familles dans leur quête du grand air. De plus, elle concrétise sa mission avec une approche adaptée aux tout-petits qu’elle côtoie à la Garderie de Saint-Nicolas.

Sortir souvent et simplement

À titre d’éducatrice, madame Allard-Pouliot encadre deux groupes d’immersion composés d’enfants de 18 mois à 4 ans. Du lundi au vendredi, beau temps, mauvais temps, ils se rassemblent à leur « camp de base », où l’apprentissage se fait à ciel ouvert. Cette aventure de tous les instants lui a inspiré ces idées et astuces à appliquer à la maison.

Nathalie Allard-Pouliot Alma Kismic | © Sépaq
Mathieu Dupuis | © Sépaq

Pour les cocos qui trouvent ça plate dehors

Parents, misez sur la simplicité!

  1. Prêchez par l’exemple en sortant avec vos jeunes.
  2. Faites à l’extérieur ce qu’ils aiment déjà faire à l’intérieur.
  3. Invitez des amis! En bonne compagnie, c’est plus stimulant.
  4. Ayez une activité commune. Bouger en famille est très rassembleur.
  5. Éveillez leur curiosité! Pourquoi ne pas explorer votre cour? Les enfants d’âge scolaire adorent faire des trouvailles et les identifier.
  6. Laissez aller votre imagination. Vous créerez des moments inoubliables!

La page Facebook de Grand-Mère Nature est truffée de suggestions encore plus concrètes et adaptées à chaque saison. En voici quelques-unes.

  • Le balai à neige, facile à manipuler avec des mitaines, est très populaire chez les enfants d’âge préscolaire. Ils peuvent l’utiliser pour vous imiter, pour dessiner avec le grattoir ou pour faire virevolter les flocons.
  • Sortez les vieux ustensiles : la fameuse cuisine de neige peut occuper la famille pendant des heures.
  • L’extérieur est le meilleur endroit pour un jeu de Cherche et trouve! Avec tout ce qu’on peut y voir, il est hyper simple d’y créer un jeu de mémoire.
  • Avec des matériaux recyclés, on peut facilement construire un hôtel à insectes. Ainsi, les petits peuvent observer et identifier les insectes, apprivoiser leurs peurs, etc.
  • Le duo roches et cordes est un bon point de départ pour une foule d’activités ludiques.
  • Après une sortie, les projets de coloriage et de bricolage permettent d’utiliser les trouvailles de vos jeunes (feuilles séchées, toile d’araignée, etc.).
  • Dévalez les collines ou faites des roulades dans le gazon.
  • C’est le temps de la pause : regardez dehors, ne serait-ce que pendant 5 minutes. Admirez le paysage et ce qui y vit (bonjour, les oiseaux!).
  • Pour développer la motricité fine, la force et la dextérité de vos enfants, vous pouvez sortir de petits outils (ciseau, éplucheur, marteau, foret, etc.) et, graduellement, les encourager à les manipuler.

Pour les petits frileux et frileuses

Bien habillé, on s’acclimate à tout! Par temps froid, le meilleur truc reste le système multicouche : une couche de base (des vêtements qui sèchent vite, par exemple), un polaire ou un lainage, et un bon manteau. De la sorte, les enfants peuvent jouer dehors des heures durant. Grignoter (noix, fromage, barre tendre) et boire (eau, chocolat chaud, bouillon) sont d’autres bons moyens de les réchauffer.

Concernant les bambins et bambines, moins mobiles, ils requièrent quelques astuces de plus.

  • Emmitouflez-les dans une couverture de laine.
  • Placez une bouillotte (une bouteille d’eau Nalgene remplie d’eau chaude, par exemple) près d’eux.
  • Glissez des lanières de fourrure recyclée dans leurs mitaines en guise de chauffe-mains.
  • Protégez-les de la neige en installant une bâche.
  • Assoyez-les sur des genouillères de jardin.
  • Sollicitez tous leurs sens en les faisant participer aux jeux.

Pour les enfants qui jouent en ville

En milieu urbain, la nature n’est pas inaccessible? Au contraire, elle est partout autour de nous. La preuve? Les craques de trottoirs en regorgent! D’ailleurs, une plaque de glace peut devenir une patinoire improvisée; le balcon, une forteresse; deux arbres, une forêt, etc. Il suffit que vous vous penchiez à la hauteur de vos enfants afin de saisir tout ce qui s’offre à vous.

Linda Massamba | © Sépaq
Linda Massamba | © Sépaq
Audrée Larocque | © Sépaq
Mathieu Lachapelle | © Sépaq

Pour la gestion des risques

Quand on joue dehors, des règles de sécurité sont nécessaires. On vous en propose quelques-unes.

  • Gérez les distances avec la consigne du « je te vois, tu me vois ».
  • Choisissez un signal sonore pour les urgences ou les dangers.
  • Obligez trois points d’appui dans les activités de grimpe (ne les aidez pas; faites-leur confiance!).
  • Mesurez le fameux bâton de bois utilisé comme baguette magique ou comme épée. Il est plus long que le bras de votre jeune? Oubliez-le, il est trop long!
  • Présentez-leur les différents types de cailloux : ceux à lancer, à ramasser et à escalader. Dès lors, ils sauront quoi faire et ne pas faire avec ceux-ci.

Pour du plaisir qui respecte la nature

La nature est précieuse, et plus les enfants entrent en relation avec celle-ci, plus ils en prennent soin. De simples gestes comme ceux qui suivent peuvent faire toute la différence.

  • Ne jamais sortir des sentiers.
  • Délimiter une zone de jeu dans un endroit déjà utilisé.
  • Tenter de ne rien déplacer.
  • Ne pas toucher aux animaux et les respecter.
  • Ne pas grimper dans les arbres en hiver (ils font dodo!).

La nature au service de la petite enfance

En terminant, une étape importante vient d’être franchie en éducation par la nature. Grâce à l’implication d’une vingtaine de centres de la petite enfance (CPE) à travers la province, le cadre de référence Alex a été établi.

Cette bible de l’écoéducation contient une foule de renseignements, en plus de présenter les nombreux bienfaits de la pratique sur le développement des enfants.

  1. Fonctions motrices : par leur intensité, leur variété ou la vitesse qu’ils demandent, les jeux extérieurs améliorent les capacités physiques des enfants. Ces derniers ont tendance à y repousser leurs limites.
  2. Développement social et affectif : la nature permet aux tout-petits de gagner en confiance et en autonomie. Ils y apprennent aussi à reconnaître certains risques, ce qui diminue l’impulsivité et augmente l’empathie.
  3. Développement cognitif : grâce au jeu libre, les enfants stimulent leur créativité et enrichissent leurs connaissances sur le monde.
  4. Santé : l’écoéducation a plusieurs effets positifs sur la santé des enfants. On parle entre autres d’un meilleur sommeil, d’un plus grand appétit, d’un système immunitaire plus fort et d’une baisse du stress.

« Le cadre de référence Alex est venu donner le feu vert aux actions que l’on pouvait ou non réaliser dans nos interventions, notamment en ce qui concerne la prise de risques. Il rassure les décideurs et permet au personnel en éducation qui en a envie de se lancer dans la grande aventure de l’écoéducation par la nature! », se réjouit madame Allard-Pouliot.

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire