COVID-19 : feu vert pour élargir progressivement notre offre. Détails


Le volume d'appels actuel occasionne des délais élevés d'attente au téléphone. Nous suggérons de consulter la foire aux questions et de réserver en ligne.

Se rapprocher de la nature à la maison

Les astuces d’un aventurier confiné

Par Lucas A. Holmes, aventurier et passionné de plein air.

Ces jours-ci, on est tous en quelque sorte à l’abri sur notre île, notre chalet, notre campement ou notre refuge imaginaire. Être confiné à la maison est le genre d’expérience qui nous permet d’être à proximité et super attentif aux éléments qui nous entourent. Un peu comme lorsqu’on est coincés à l’intérieur de sa tente lors d’une pluie ou d’une tempête de neige. Bon! Ce n’est peut-être pas exactement pareil, mais avec quelques petits trucs et un peu d’imagination, mon chez-moi est devenu mon camp de base.

C’est vrai! J’ascensionne les escaliers, mes courses dans le village deviennent un safari, j’observe la météo par la fenêtre, le sens des moutons sur le fleuve m’indique la direction et la vitesse du vent, et je me surprends à observer la meute d’écureuils dans ma cour arrière. Eh oui, le matin très tôt, ça grouille de vie dans le fond de la cour! Je crois même avoir identifié l’alpha de la meute!

On dirait que c’est plus fort que nous cette envie de partir à l’aventure. Alors c’est ce que j’ai décidé de faire… Mon corps est peut-être bien confiné dans le salon, mais mon esprit, lui, est bien en mode aventure!

Là, certains d’entre vous me diront, voyons Lucas? « Comment tu fais pour être bien campé sur ton divan et être pleinement en mode aventure en même temps »? Et bien, c’est simple! Voici mes petits trucs pour rester le plus possible en contact avec la nature, à la maison.

Lucas A. Holmes | © Sépaq

La routine du matin

Toutes les belles journées débutent par une bonne nuit de sommeil. Pourquoi ne pas passer la prochaine dans son sac de couchage sur un matelas dans le salon et en profiter pour se lever plus tôt qu’à l’habitude? C’est un petit moment magique que de voir un lever de soleil et ainsi être aux premières loges du spectre lumineux qui prend place autour de son camp de base. La vie s’active tranquillement… Pas besoin d’être en pleine nature pour en profiter! Par la suite, on prépare son café comme en camping. On sort sa petite tasse isolante, on fait son espresso avec la cafetière italienne et on le boit noir. En camping, on oublie toujours le lait.

Par la suite, on saute la douche du matin (en camping, on la prend le soir), on saute le rasage de la barbe histoire de travailler son look de bûcheron et on sort dehors pour connaître le temps qu’il fait.

Pour le déjeuner, on y va simplement avec le gruau et les fruits frais dans sa tasse isolante. Vous connaissez la règle : le moins de vaisselle possible dans notre camp de base.

Lucas A. Holmes | © Sépaq
Lucas A. Holmes | © Sépaq
Lucas A. Holmes | © Sépaq
Lucas A. Holmes | © Sépaq

Routine du midi

Pour bien garder le contact avec la nature, on doit la laisser entrer dans notre camp de base, c’est-à-dire qu’on essaye d’accueillir un maximum de lumière naturelle et un peu d’air frais. Avec l’air frais viennent les sons des chants d’oiseaux, du vent ou encore de la pluie. On peut sortir sa chaise de camping et la couverture de polar, puis lire un bon livre d’aventure. Également, il n’y a rien de mieux que de plonger dans un bon bain de soleil et de jeter un coup d’œil dans la lentille de quelques aventuriers de la nature : Éric Deschamps, Julie AudetValérie Derome-Massé ou Jeanne RD pour ne nommer que ceux-là.

Lorsque vient le temps de casser la croûte, on réutilise sa tasse isolante et cette fois-ci, on déguste une bonne soupe réconfortante. Vous vous souvenez? Le moins de vaisselle possible dans le camp de base.

Lucas A. Holmes | © Sépaq
Mathieu Grandmaitre | © Sépaq

Routine du soir

C’est sans doute la partie de la journée que j’apprécie le plus. Étant un grand passionné de cuisine de camping et d’extérieur, je profite du temps passé dans le camp de base pour pratiquer et essayer de nouvelles recettes en plein air. La météo semble stable, les moutons sur le fleuve s'aplatissent et le vent tourne à l’ouest. Sans doute un dégagement dans l’air, comme on dit! Bref, une belle fenêtre météo pour faire la cuisine sur le BBQ. Comme en plein air nous avons l’habitude d’être minimalistes, c’est la même chose ici. Vous me voyez peut-être venir… C’est à ce moment qu’on ressort le petit couteau de camping (Opinel ou autre) et qu’on le remet au travail pour préparer les aliments de la recette.

C’est la fin de la journée et l’air froid se fait sentir autour du BBQ? N’hésitez pas à vous protéger de celui-ci avec votre parka d’expédition communément appelé « la petite laine ». Au moment de déguster votre nouvelle recette de camping, si vous avez un petit côté puriste, vous pouvez également ressortir le fameux ustensile qu’on appelle la « cuillère-fourchette » (spork). C’est quoi cette affaire-là? C’est un genre d’hybride entre la fourchette et la cuillère, qui performe mieux en tant que cuillère, qu’en tant que fourchette, si vous voulez mon avis.

C’est toujours émerveillant et relaxant d’assister aux derniers rayons de soleil de la journée. On en profite pour observer la meute d’écureuils qui semble bénéficier du coucher de soleil pour revoir le positionnement de ses provisions.

Finalement, après une bonne journée dans le camp de base, vient le moment de la douche. Vous avez déjà essayé la douche à la température « eau de rivière »? Ne vous inquiétez pas, si vous avez envie de la prendre avec vos sandales de camping, on ne juge personne. On enfile ses pyjamas et on en profite pour s’éclairer avec des chandelles ou sa lanterne de camping avant de replonger dans son récit d’aventures.

Être plus près de la nature, c’est être plus attentif à la lumière, aux sons, aux différentes odeurs, aux chants des oiseaux, au vent, aux petits animaux qui nous entourent. C’est se rapprocher des aliments et des plantes, c’est prendre le temps de faire les choses différemment.

Dans les derniers jours, mon chez-moi est devenu mon camp de base et, de là, j’y trouve l’inspiration pour préparer mes prochaines aventures.

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire