Parc national d'Opémican

Parc national d'Opémican : ouverture prévue en 2018 Détails

Orientations

LES ENJEUX DE CONSERVATION AU PARC NATIONAL D'OPÉMICAN

Un parc national est créé pour protéger des milieux naturels représentatifs ou particuliers et des paysages d'une région. Ces territoires sont aussi mis en valeur par l'interprétation du patrimoine naturel et culturel et par des activités de plein air. Les enjeux de conservation sont liés à la recherche de l'équilibre entre la protection et l'accessibilité de ces aires protégées.

L’acquisition de connaissances est indispensable dans un contexte de développement visant à favoriser l’accès au territoire. C’est pourquoi l’une des premières tâches de l’équipe du parc national d’Opémican sera d’élaborer un plan de conservation identifiant les enjeux prioritaires.

La présence d’espèces à statut précaire est d’ores et déjà confirmée. Parmi celles-ci, on compte une dizaine de plantes vasculaires, l’esturgeon jaune, le faucon pèlerin, la chauve-souris cendrée ainsi que la chauve-souris argentée. Une attention particulière à ces espèces sensibles devrait être incluse dans le plan de conservation.

La protection du patrimoine culturel et historique ne sera pas en reste! En effet, on compte neuf sites archéologiques connus, tous situés aux abords du lac Témiscamingue doté d’un fort potentiel archéologique puisqu’il a longtemps été la seule voie d’accès à la région. Aussi, on retrouve en plein cœur du parc le site classé historique d’Opémican, protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Saviez-vous que...

L’histoire de la construction des bâtiments historiques sur la pointe Opémican

Plusieurs voyageurs et travailleurs occupaient le site d’Opémican au 19e siècle. L’industrie forestière employait des milliers d’hommes ayant besoin d’un logis. Pour répondre à la demande, Joseph Jodoin, bûcheron, commença à construire en 1883 une auberge pouvant accueillir passants et travailleurs. Elle fut rallongée en 1904, puis une seconde fois en 1949. Mais on peut dire que c’est en 1888 que le territoire prit réellement l’allure d’un camp de drave lorsqu’un dénommé Alex Lumsden acheta le site Opémican et ses bâtiments, qui devint alors le centre des opérations de flottage du bois sur le lac Témiscamingue.

Auberge Jodoin
L'Auberge Jodoin (crédit photo : Alain Thibault)


Restez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.