Parc national des Monts-Valin

Orientations

Les enjeux de conservation au parc national des Monts-Valin

Un parc national est créé pour protéger des milieux naturels représentatifs ou particuliers et des paysages d'une région. Ces territoires doivent aussi être mis en valeur par l'interprétation du patrimoine naturel et culturel et par des activités de plein air extensives. Les enjeux de conservation découlent alors de la recherche de l'équilibre entre la protection et l'accessibilité de ces aires protégées.

La relative jeunesse du parc et son utilisation récente influencent fortement les enjeux de conservation du parc national des Monts-Valin. Parmi les conséquences de ce passé récent, on peut penser, entre autres, au manque d'information sur le milieu naturel. Étant donné que la connaissance fine des territoires est la clef dans l'atteinte de la mission de conservation et de mise en valeur du territoire du parc, il est primordial de procéder à des inventaires et d'organiser l'information sur le milieu naturel du parc.

L'utilisation du territoire avant la création du parc et les conséquences encore présentes sur le territoire constituent aussi un enjeu important. Par exemple, on retrouve plusieurs bancs d'emprunt et d'autres cicatrices dues à l'exploitation forestière du territoire. Les ponts et ponceaux représentent, entre autres, un enjeu important puisque ce type d'aménagement nécessite un entretien et souvent une réfection complète afin de protéger les frayères des lacs du secteur Martin-Valin.


Les outils de gestion du parc

Pour faire face aux enjeux de conservation, la première étape est de bien connaître le territoire sous notre gestion. Toutes ces informations sont compilées dans la Synthèse des connaissances du parc qui compile l'ensemble de ce qui est connu sur le milieu naturel et sur l'histoire du territoire. Cette synthèse est mise à jour périodiquement afin d'y intégrer toutes les nouvelles données issues des activités d'acquisition de connaissances.

Pour réaliser des gestes concrets visant à enrichir nos connaissances et à gérer adéquatement le milieu, nous avons mis en place notre plan de conservation. Ce dernier identifie et priorise tous les enjeux de conservation du parc et les actions à prendre pour faire face aux problématiques identifiées.

Finalement, le parc dispose d'un plan de protection qui identifie et encadre les problématiques spécifiques à l'application réglementaire.

Saviez-vous que...

Suivi de la croissance du sapin baumier et de l’épinette noire

Depuis 2010, le parc collabore à un projet de recherche de l’université du Québec à Chicoutimi. L’objectif est de comprendre le fonctionnement de la croissance en milieu boréal au niveau des bourgeons, de la formation du cerne de croissance annuelle afin de les lier aux variations du climat. On doit donc parler ici d’une étude phénologique.

Sapin baumier
Printemps tardif au sommet du pic de la Hutte

Deux stations météorologiques ont été installées. Une première à environ 230 mètres et une autre à presque 900 mètres d’altitude. Elles récoltent automatiquement toute une gamme de données climatiques utiles pour des études phénologiques. Tout au long de la saison la croissance des feuilles est mesurée et des échantillons de bois d’aubier sont récoltés hebdomadairement. Déjà les premiers résultats sont intéressants et démontrent un décalage de plusieurs jours dans les deux différents sites d’études.


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.