Parc national du Mont-Tremblant

-3°C

Conditions de neige ›

Ouvert en hiver

Orientations

Les enjeux de conservation au parc national du Mont-Tremblant

Un parc national est créé pour protéger des milieux naturels représentatifs ou particuliers et des paysages d'une région. Ces territoires doivent aussi être mis en valeur par l'interprétation du patrimoine naturel et culturel et par des activités de plein air extensives. Les enjeux de conservation découlent alors de la recherche de l'équilibre entre la protection et l'accessibilité de ces aires protégées.

Au parc national du Mont-Tremblant, le plus important enjeu de conservation des dernières années constitue l'avènement de comportements anormaux chez certains loups d'une meute du sud du territoire. Un vaste programme de prévention et de gestion des loups familiers a alors été implanté en 2008 afin de modifier leur comportement et de prévenir la réapparition d'attitudes trop familières.

L'omniprésence de l'eau et le vaste réseau routier occasionnent aussi de nombreux problèmes de cohabitation avec les communautés de castors. Des aménagements visant l'harmonisation des infrastructures routières et des castors sont suivis annuellement... et avec un fort succès.

Finalement, la forte pression humaine en périphérie du parc et à l'intérieur de ses limites est source de quelques inquiétudes. Entre autres, le comportement de certains des visiteurs occasionne différents problèmes (le nourrissage et la familiarisation de la faune, la collecte du bois mort, la randonnée hors sentier). L'équipe de gardes-parcs collabore avec les instances régionales pour le suivi de ces diverses questions.


Les outils de gestion du parc

Pour faire face aux enjeux de conservation, la première étape est de bien connaître le territoire sous notre gestion. Toutes ces informations sont compilées dans la synthèse des connaissances du parc qui compile l'ensemble de ce qui est connu sur le milieu naturel et sur l'histoire du territoire. Cette synthèse est mise à jour périodiquement afin d'y intégrer toutes les nouvelles données issues des activités d'acquisition de connaissances.

Pour réaliser des gestes concrets visant à enrichir nos connaissances et à gérer adéquatement le milieu, nous avons mis en place notre plan de conservation. Ce dernier identifie et priorise tous les enjeux de conservation du parc et  les actions à prendre pour faire face aux problématiques identifiées.

Finalement, le parc dispose d'un plan de protection qui identifie et encadre les problématiques spécifiques à l'application réglementaire.

Saviez-vous que...

Les loups du parc national ont dévoilé un secret…

Le loup de l’Est (Canis lycaon) est l’animal emblématique du parc national du Mont-Tremblant. Cependant, les connaissances les plus actuelles dans le domaine de la génétique des grands canidés jetaient un doute sur la présence de cet animal au parc. Il devenait difficile d’affirmer que les grands canidés du parc national étaient bien des loups de l’Est et non des loups gris (Canis lupus), des coyotes (Canis latrans) ou même des hybrides.

Un loup familier
Un loup de l'Est du parc national du Mont-Tremblant

Dans le but de clarifier la situation, de nombreux échantillons (tissus et matières fécales) ont été recueillis dans le parc et en périphérie depuis 2007. Ces échantillons ont été analysés au moyen de méthodes génétiques pour valider la présence de coyotes, de loups de l’Est, de loups gris ou d’individus hybrides.

Les résultats obtenus ont permis de clarifier la génétique de quatorze individus provenant du parc national du Mont-Tremblant et de sa périphérie. Deux individus sont des coyotes, sept sont des loups de l’Est et il y a cinq individus hybrides (coyote et loup de l’est). Le loup gris serait absent, quoique des traces de sa génétique figurent partiellement chez deux spécimens. Bien que l’échantillonnage soit petit, ces résultats soulèvent plusieurs questions intéressantes sur la dynamique des populations en lien avec la présence de différentes espèces de canidés, ainsi que le partage de la ressource et du territoire. Il soulève également une question importante quant à une possible tendance d’hybridation qui pourrait entraîner l’effritement de la génétique du loup de l’Est au Québec. L’importance d’acquérir plus d’information sur l’aire de répartition du loup de l’Est au Québec et la présence possible d’une population distincte au sein d’un grand territoire, dont le parc national du Mont-Tremblant, ressortent aussi clairement.


Restez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.