Parc national des Îles-de-Boucherville

Orientations

Les enjeux de conservation au parc national des Îles-de-Boucherville

Un parc national est créé pour protéger des milieux naturels représentatifs ou particuliers et des paysages d'une région. Ces territoires doivent aussi être mis en valeur par l'interprétation du patrimoine naturel et culturel et par des activités de plein air extensives. Les enjeux de conservation découlent alors de la recherche de l'équilibre entre la protection et l'accessibilité de ces aires protégées.

Au parc national des Îles-de-Boucherville, ces enjeux particuliers sont :

  • La restauration d'anciennes terres agricoles en vue de recréer un milieu naturel de qualité, propice à la croissance des plantes indigènes et créant du coup des conditions plus favorables aux espèces fauniques
  • Les impacts environnementaux de la navigation de plaisance (érosion des berges, augmentation de la toxicité de l'eau et des niveaux de polluants dans les organismes aquatiques et les sédiments, perturbation des sédiments et des habitats aquatiques)
  • Contrer l'envahissement du chenal du Courant et d'autres portions du territoire par le roseau commun, une graminée non indigène très envahissante qui, une fois implantée, entre en  forte compétition avec les plantes indigènes
  • Conserver une cohabitation harmonieuse entre la faune très visible et la clientèle du parc. L'exiguïté du parc et une affluence annuelle de plus de 300,000 visiteurs augmentent les risques de préjudices aux animaux lorsque les gens tentent de s'en approcher ou de les nourrir

Les outils de gestion du parc

Pour faire face aux enjeux de conservation, la première étape est de bien connaître le territoire sous notre gestion. Toutes ces informations sont compilées dans la Synthèse des connaissances du parc qui compile l'ensemble de ce qui est connu sur le milieu naturel et sur l'histoire du territoire. Cette synthèse est mise à jour périodiquement afin d'y intégrer toutes les nouvelles données issues des activités d'acquisition de connaissances.

Pour réaliser des gestes concrets visant à enrichir nos connaissances et à gérer adéquatement le milieu, nous avons mis en place notre plan de conservation. Ce dernier identifie et priorise tous les enjeux de conservation du parc et  les actions à prendre pour faire face aux problématiques identifiées.

Finalement, le parc dispose d'un plan de protection qui identifie et encadre les problématiques spécifiques à l'application réglementaire. 

Saviez-vous que...

Suivi de l’arisème dragon (arisaema dracontium)

Mais qu’est-ce que l’arisème dragon au juste? C’est une plante herbacée, désignée menacée au Québec, et qui pousse dans les boisés humides du parc.

Arisème dragon
L'arisème dragon peut mesurer entre 15 et 90 cm de hauteur.
Crédit photo : Mathieu Francoeur, PNIB

Depuis 1997, nous effectuons un suivi annuel de l’arisème dragon au parc. En fait, à chaque printemps, avant la germination des plants, un grand nettoyage au sol est effectué, c’est-à-dire que tous les objets laissés sur place suite à la crue des eaux sont retirés. Cette action facilitera par la suite la germination et l’émergence des plants. De plus, depuis 2000, nous effectuons un inventaire annuel des populations d’arisème dragon. Ces actions combinées nous permettent ainsi d’assurer la protection et la conservation de cette espèce fragile.


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.