Parc de la Chute-Montmorency

Portrait

Histoire du site de la chute Montmorency

1613
La chute Montmorency doit son nom à Samuel de Champlain qui la baptisa ainsi en l'honneur du duc de Montmorency, vice-roi de la Nouvelle-France et amiral de France et de Bretagne.

1759
26 juin, début du siège de Québec. Les forces anglaises : 49 vaisseaux de guerre, 76 vaisseaux de transport des troupes, 152 bateaux de débarquement, environ 18 000 marins et 9000 soldats s'installaient dans l'estuaire et sur les rives du Saint-Laurent. Wolfe établit son quartier général près de la chute Montmorency.

1759
31 juillet, Bataille de Montmorency. Trois vaisseaux anglais s'approchèrent des berges de Beauport : le Centurion (64 canons), le Three Sisters (14 canons) et le Russel (14 canons). Les troupes anglaises tentèrent d'escalader la falaise. Après une journée de confrontation, on dénombrait 443 morts du côté anglais et environ 60 morts du côté français.

1780
Le gouverneur Haldimand acquit des terrains du côté ouest de la rivière Montmorency et y fait construire sa maison de campagne (première construction du Manoir). Cette maison fut probablement la première villa à s'implanter au Canada et le premier bâtiment important d'architecture anglaise.

1791-94
Le duc de Kent séjournait au Manoir chaque année. On surnomma le pavillon le Kent Lodge. Plus tard, il se maria à une princesse allemande avec qui il eut une fille qui devint la reine Victoria. On dit qu'étant jeune, la reine Victoria aurait séjourné au Kent Lodge.

1811
Peter Patterson acheta une scierie nouvellement construite qui devint plus tard, sous la gouverne de Georges Benson Hall, le gendre de Patterson, la plus grosse scierie de l'époque (800 000 pieds de bois par jour, plus de 60 scies, les employés travaillaient six jours par semaine et douze heures par jour).

1812
Construction du premier pont au-dessus de la rivière Montmorency.

1815
Patterson acheta le Manoir et en fit sa principale résidence.

1823
La Patterson and Company continue son expansion dans Montmorency pour devenir l’une des plus grandes scieries. Une deuxième scierie fut construite vers 1830.

Début de la construction d’un second pont; c’était l’un des premiers ponts suspendus en Amérique. Après sont inauguration le 26 avril 1856 (les pylônes de pierre sont toujours en place), il s’effondra 5 jours plus tard, entraînant la mort de trois personnes.

1857
Un troisième pont suspendu fut érigé.

1885
Le site de la chute Montmorency fut le théâtre d'un événement d'une importance mondiale : l'énergie produite par la première centrale hydroélectrique, inaugurée au pied de la petite chute le 7 octobre, fut, pour la première fois, transportée sur une longue distance (sept miles). Cette énergie alimenta le nouveau réseau de tramways de la ville de Québec et la génératrice de 52 Volts permit d'assurer, durant deux heures chaque soir, l'éclairage des rues principales de la ville de Québec. Québec fut ainsi une des premières municipalités d'Amérique à utiliser l'énergie hydroélectrique.

1889
Charles Ross Whitehead aménagea une fabrique de coton sur les terrains de Hall.

1892
Dernière année d'opération de la scierie.

1893
Installation d'une centrale hydroélectrique (trois génératrices de 500 K), mise en service en 1895.

1897
Premier train électrique à circuler à Québec grâce à l'énergie de la chute.

1898
Quebec Railways Co. acheta le Manoir et y aménagea un hôtel.

1901
Construction d'un funiculaire pour permettre aux visiteurs qui arrivaient par train au pied de la falaise d'accéder à l'hôtel et à son site.

1904
Construction de la chapelle anglicane St. Mary's.

1905
La fabrique de coton de Charles Ross Whitehead devint la Dominion Textile.

1907-1932
Aménagement, par Holt Renfrew, du premier jardin zoologique du Québec près de la maison Montmorency (Kent House).

1912
Un tramway relie maintenant la ville de Québec au Kent House (Manoir Montmorency).

1926
Construction d’un quatrième pont.

1949
Le Manoir passa entre les mains d'un syndicat américain alors dirigé par Henry Mason Day.

1954
L'ordre des Dominicains acheta le Manoir. Le père Georges-Henri Lévesque en fut le premier directeur. Le Manoir devint une maison de retraite et un lieu de réflexion pour les groupes variés.

1975
Le gouvernement du Québec achète le Manoir, mais conserve sa vocation d’établissement hôtelier pour les personnes du troisième âge.

1976
Le ministère du Tourisme consacra le Manoir comme établissement hôtelier réservé aux personnes du troisième âge. Des travaux de rénovation furent effectués.

1985
La gestion du Manoir fut confiée à la Société des Établissements de Plein Air du Québec.

1992
En décembre, les travaux de mise en valeur du Parc de la Chute-Montmorency démarrèrent, dont  la construction du pont suspendu actuel qui débuta en 1993.

1993
Le Manoir fut entièrement détruit par un incendie.

1994
Reconstruction du Manoir actuel, respectant l'architecture de l'ancien bâtiment.

Début des Grands-Feux Loto-Québec, une compétition pyrotechnique et musicale grandiose sur le site du Parc de la Chute-Montmorency.

2008
Accueil des dignitaires au Manoir Montmorency lors du XIIe Sommet de la Francophonie.

Mise en lumière de l’anse du Parc de la Chute-Montmorency dans le cadre des Fêtes du 400e anniversaire de la ville de Québec.

2011
Dernière édition des Grands-Feux Loto-Québec qui auront eu lieu sur le site pendant 17 années.

2012
En avril, annonce par le gouvernement d’investissements majeurs pour la mise en valeur du site, dont un projet d’hôtel.

2013
Revitalisation des cabines du téléphérique et inauguration de trois parcours de via ferrata, dont un qui inclut une tyrolienne.

2015
Inauguration de la tyrolienne d'une longueur de 300 mètres.

Saviez-vous que...

Manoir Montmorency


J.E. Livernois | © Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Le Manoir Montmorency, vers 1900, bien avant l'incendie de 1993 qui l'a complètement détruit. Le Manoir fut reconstruit en 1994 en respectant son architecture originale.


Restez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.